Tourisme

Neuvième plan quinquennal d’équipement de l’infrastructure touristique

Le mercredi 30 janvier 2013, la Chambre des Députés a voté la loi ayant pour objet d’autoriser le gouvernement à subventionner l’exécution d’un 9e plan quinquennal d’équipement de l’infrastructure touristique.

Cet outil permet au ministère des Classes moyennes et du Tourisme de continuer à soutenir des acteurs très variés dans leurs efforts dans l’intérêt du tourisme au Luxembourg et de développer ainsi l’offre touristique du pays.

Le tourisme est un pilier important de l’économie luxembourgeoise. La contribution directe et indirecte du secteur au PIB est estimée à 5,7 % et 17.500 emplois sont liés au tourisme.

Depuis 1973, la politique gouvernementale en matière de tourisme se base sur les besoins du secteur touristique et l’exécution de huit plans pluriannuels successifs a permis de créer ou d’améliorer l’infrastructure touristique au Grand-Duché.

Dans son "Travel & Tourism Competitiveness Report 2011", le World Economic Forum classe le Luxembourg en 15e position mondiale sur 139 pays.

Si l’offre infrastructurelle touristique luxembourgeoise et le degré d’équipement de nos établissements ont atteint un tel niveau de compétitivité, cela est dû à l’engagement des acteurs du secteur, combiné aux aides accordées dans le cadre des différents programmes quinquennaux.

Le premier plan quinquennal avait comme unique but le subventionnement de projets d’équipement de l’infrastructure touristique réalisés par les communes et syndicats de communes et était doté de 3,72 millions d’euros.

Depuis, l’enveloppe budgétaire, les bénéficiaires potentiels, tout comme le secteur touristique en général ont beaucoup évolué.

Le 8e plan quinquennal, qui a couvert la période 2008-2012, était doté d’une enveloppe financière de 50 millions d’euros. Dans le cadre d’une gestion responsable et suivant les projets qui ont été introduits, 36,4 millions d’euros de subsides ont été liquidés: 29,6 % des subsides liquidés ont été attribués au secteur de l’hôtellerie, 26 % à des projets d’administrations communales, 19,6 % à des projets de Syndicats d’Initiative et asbl et 15,6 % au secteur conventionné.

L’enveloppe budgétaire prévue dans le cadre du 9e plan quinquennal (2013-2017) s’élève à 45 millions d’euros.

Françoise Hetto-Gaasch, ministre des Classes moyennes et du Tourisme se réjouit de cette enveloppe considérable, qui sera utilisé pour développer ce secteur économique qui possède encore un potentiel important.

Surtout lorsque la situation économique est difficile, il est d’autant plus important de continuer à soutenir les acteurs qui sont prêts à investir afin de rester compétitif.

Soulignons aussi que de nombreux projets touristiques sont également bénéfiques pour la qualité de vie de la population locale.

Grâce au 9e plan quinquennal, le ministère peut subventionner les projets touristiques des communes, syndicats et associations sans buts lucratifs, investisseurs privés ainsi que des  propriétaires ou exploitants de différents établissements d’hébergement touristique (hôtels, camping, gîtes, auberge de jeunesse ou villages de vacances).

À côté de la qualité de l’infrastructure, la qualité du service est cruciale pour fidéliser une clientèle toujours plus exigeante.

Le 9e plan quinquennal continue par conséquent, comme son prédécesseur, à subventionner les frais investis dans les programmes de certification de la qualité de services.

Il ne suffit pas d’investir, de moderniser et de proposer une offre de haute qualité, mais la commercialisation et la promotion de cette offre sont toutes aussi importantes. De ce fait, le 9e programme quinquennal autorise désormais à subventionner les investissements réalisés en vue de la participation à des salons à vocation touristique.

Sachant que le volontariat touche de plus en plus à ses limites, il s’agit de professionnaliser la gestion et la promotion des infrastructures touristiques.

Le 9e plan quinquennal tient compte des efforts à réaliser au niveau de l’organisation, de la formation et du marketing touristique et permet de cofinancer les frais de fonctionnement et de rémunération dans le cadre des projets ou initiatives touristiques à caractère régional ou national.

Communiqué par le ministère des Classes moyennes et du Tourisme

  • Mis à jour le 07-04-2015