Economie

Le point sur le secteur de l’artisanat, un pilier important et dynamique de l’économie luxembourgeoise

Presque 80.000 personnes occupées dans l'artisant

Depuis quelques années, l’artisanat évolue dans un contexte économique difficile: croissance atone, hausse du chômage, détérioration des finances publiques.

Malgré ce climat plutôt morose, le secteur a continué à créer des entreprises et des emplois, même si la progression est beaucoup moins prononcée qu’avant la crise.

En 2013, le secteur compte plus de 6.000 entreprises et l’emploi se dirige vers le cap de 80.000 personnes occupées. Une personne sur cinq est occupée par l’artisanat, ce qui fait de ce dernier le premier employeur du Luxembourg. Avec quelques 2.000 apprentis auxquels il offre une formation qualifiante, l’artisanat est par ailleurs un formateur de choix au Luxembourg.

Ceci montre que les entreprises artisanales ont réussi à jouer un "effet amortisser" dans l’économie nationale, même si elles accusent une baisse sensible tant au niveau de leur activité que de leurs marges. Si les entreprises ont malgré tout réussi à tirer leur épingle du jeu, c’est parce qu’elles ont jusqu’à présent su trouver les stratégies leur permettant de s’adapter aux nouvelles réalités économiques et que l’artisanat a en partie su bénéficier de la politique d’investissement de l’État.

L’artisanat offre de nombreuses perspectives, surtout pour les jeunes. Dès le plus jeune âge (enseignement fondamental et secondaire), les jeunes doivent être sensibilisés aux diverses possibilités offertes par ce secteur, afin de les inciter à suivre cette voie, que ce soit en tant qu’entrepreneur ou en tant que salarié. Une piste intéressante serait de développer l’utilisation régulière d’exemples "best practice" ou témoignages dans les écoles.

Pour maintenir sa créativité et son dynamisme, l’artisanat a besoin de collaborateurs ayant des profils adaptés à des postes de travail toujours plus exigeants en matière de qualification, ceci tant au niveau technique qu’opérationnel.

L’artisanat bénéficiera aussi des nouveaux créneaux économiques que le gouvernement entend développer. Ainsi, dans le domaine du commerce électronique, il s’agira de mettre en place un réseau de fibre optique. Cette opération dont le coût s’élève à 450 millions d’euros aura des retombées directes et positives sur l’artisanat, puisqu’elle se compose à raison de 75% de travaux de génie civil. La construction et la maintenance de "data centers" est également à souligner.

Par ailleurs, le développement du Luxembourg comme centre logistique offre des potentialités pour les entreprises artisanales, que ce soit dans la construction et l’entretien des infrastructures de transport et des centres logistiques ou dans la vente et l’entretien de véhicules utilitaires.

Les différents secteurs économiques n’évoluant pas en vase clos, la diversification de l’économie nationale est essentielle pour l’artisanat.

  • Mis à jour le 07-04-2015