Littérature

Remise du prix Servais 2013 à Pol Greisch

L'auteur luxembourgeois récompensé pour son livre "De Monni aus Amerika"

Pol Greisch

L'écrivain luxembourgeois Pol Greisch a été récompensé du prix Servais de littérature 2013 pour son oeuvre "De Monni aus Amerika", paru aux éditions ultimomondo. La cérémonie de remise du prix a eu lieu le 4 juillet 2013 au Centre national de Littérature à Mersch, en présence de la ministre de la Culture, Octavie Modert.

Ce prix, qui est décerné chaque année par la Fondation Servais depuis 1992, récompense l’auteur de l’ouvrage littéraire le plus significatif paru au cours de l’année précédente. Il est doté de 6.000 euros.

"De Monni aus Amerika"

"De Monni aus Amerika" est un ouvrage de 120 pages constitué de huit novelles autour de différents personnages confrontés à des surprises et des contradictions dans leur vie. Pol Greisch y décrit des situations grotesques, mais familières à tout le monde et thématise la confrontation de l’homme avec la solitude.

Le jury du prix Servais, composé de Odile Linden, Claude Mangen, Alexandra Fixmer, Jeanne E. Glesener, Pierre Marson, Pierre Mergen, Annette Schlechter, Jeanne Offermann, et Alex Reuter, a mis en avant la "haute qualité littéraire" de "De Monni aus Amerika". L'oeuvre marquerait de plus un "moment nouveau" dans l’oeuvre de Greisch. De même, le jury a loué une "langue luxembourgeoise élaborée et moderne".

En effet, ce n’est pas la première fois que le prix Servais est décerné à Pol Greisch: déjà en 1993, l’auteur luxembourgeois en fut le lauréat, à l’époque pour sa trilogie "Äddi Charel", "Besuch" et "E Stéck Streisel".

Le prix Servais 2012 avait été décerné à Gilles Ortlieb pour son livre "Tombeau des anges".

Extrait de "De Monni aus Amerika"

Am Fong – seet de Val – sinn ech ee wéi de Monni aus Amerika: e gudden Dommen. Méi domm wéi gutt. Monni mat Money. Keng Kéip, ma genuch, soulaang ech net ofgebrach kréien an der Pensioun. Soulaang et d’Pensioun iwwerhaapt nach gëtt. Well ech ëmmer d’selwecht Box hunn am Hënner, d’selwecht Kap um Kapp an iesse wéi e Villchen, bleift mer e klenge Bootz de Leschte vum Mount. Mat de Meedercher sinn ech nawell mëtschgieweg. ’t schéngt, dat läit a menger Natur. Si richen dat, sinn op der Mol, wann et gëlt. Ech hu kee Kann a kee Kënn an ech kréien näischt mat, wann ech ginn. An ech gi geschwënn, well am Eescht: esou lackeleg ass et och net méi heinidden, mol net méi um Bierg.

Pol Greisch

  • Mis à jour le 07-04-2015