Coopération et action humanitaire

Une nouvelle approche

La Coopération luxembourgeoise vient d'élaborer version actualisée de sa stratégie en matière d’action humanitaire

Un atelier de formation féminine au Burkina FasoLa nouvelle stratégie luxembourgeoise en matière de coopération vise à mieux concilier les interventions humanitaires avec l’aide au développement, et ce en introduisant le concept de "résilience", un terme que la Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations Unies (UNISDR) définit comme "la capacité d'un système, d'une communauté ou d'une société exposés à un danger de résister aux effets de ce danger, de les absorber et de s'y adapter de manière rapide et efficace".

En effet, la nouvelle approche luxembourgeoise en la matière prévoit des modalités de financement plus flexibles, afin de promouvoir une approche à plus long terme, à travers les différentes phases d’une crise humanitaire, et d'assurer une continuité entre la phase de transition et l’aide au développement. 

L’action humanitaire luxembourgeoise se décline en trois axes: l’aide d’urgence, la transition (réhabilitation / reconstruction) et la prévention (axe auquel s’intègre dorénavant la résilience). L’aide d’urgence vise à répondre aux besoins primaires des populations en détresse. Cette phase est suivie d’une phase de transition visant à jeter les bases nécessaires à la reprise des activités de la vie courante en reconstruisant les infrastructures communautaires et privées détruites et en réhabilitant les services de base et les moyens de subsistance.

Les actions en matière de réduction des risques et de résilience consistent à préparer les communautés à risque aux crises et aux catastrophes susceptibles de les heurter en renforçant leurs capacités socio-économiques et leur résistance et en mettant en place un environnement plus favorable à leur développement durable.

83 projets d'aide d'urgence soutenus en 2012

Le ministère de la Coopération alloue plus de vingt pour cent de son budget annuel en matière d’aide humanitaire à des ONG luxembourgeoises, et ce principalement à cinq ONG spécialisées dans l’aide humanitaire, avec lesquelles cette nouvelle approche a d'ailleurs été élaborée. Les ONG de développement peuvent toutefois solliciter un subside pour exprimer leur solidarité à travers un projet humanitaire au cas où une catastrophe frappe les communautés bénéficiaires de leurs projets de développement.

En 2012, le ministère a soutenu 83 projets d’aide d’urgence, 33 projets de reconstruction et de réhabilitation ainsi que 13 projets de prévention et de résilience mis en œuvre par des ONG luxembourgeoises pour un montant total de 8,48 millions d’euros.

(Source: Communiqué de la direction de la Coopération au développement, ministère des Affaires étrangères)



  • Mis à jour le 07-04-2015