Emploi

Le travail à temps partiel, le choix féminin

Près de 36% des femmes travaillaient à temps partiel en 2012, contre 4,3% des hommes

La  part du temps partiel atteint 48,3% pour les femmes  ayant 2 enfantsAu Luxembourg, le travail à temps partiel reste un phénomène largement féminin. Selon une étude du Statec (Institut national de la statistique et des études économiques du Grand-Duché de Luxembourg), 35,9% des femmes travaillaient à temps partiel en 2012, alors que le taux correspondant pour les hommes n’était que de 4,3%, un des taux les plus faibles de l’Union européenne des 28.

Le taux de travail à temps partiel global (hommes et femmes) au Luxembourg est de 18,3% en 2012. Pour cette année, sur l’ensemble des personnes travaillant à temps partiel, 86,8% étaient des femmes. À noter toutefois que, depuis 2004, le travail à temps partiel féminin semble se tasser en valeur relative : 36,6% des femmes travaillaient à temps partiel en 2004, contre 35,9% en 2012.

La part des hommes travaillant à temps partiel, tout en restant à un niveau très faible, a cependant fortement augmenté: 2,3% des hommes travaillaient à temps partiel en 2004, contre 4,3% en 2012. La fréquence du temps partiel est encore largement déterminée par la présence d’enfants...pour les femmes. En 2012, le pourcentage des femmes ayant un emploi, n’ayant pas d’enfants et travaillant à temps partiel est de 24,9%. Pour les femmes avec un enfant, le taux passe à 37,9%. La part du temps partiel atteint 48,3% pour les femmes ayant deux enfants et à 53,4% pour les femmes ayant trois enfants ou plus.

Près de 21% de travail à temps partiel masculin aux Pays-Bas


Pour les hommes, les taux se situent à moins de 5% pour toutes les situations de famille. Malgré une hausse du temps partiel masculin, le Luxembourg se trouve toujours en queue du peloton européen concernant le temps partiel des hommes. Seules la Bulgarie (2% en 2012), la République tchèque (2,1%), la Slovaquie (2,8%) et la Pologne (4,1%) ont des taux encore plus faibles. Les Pays-Bas sont le premier pays sur la liste des pays européens quant au temps partiel masculin (avec un taux exceptionnellement élevé de 20,8%). Dans les pays nordiques on trouve également des taux de travail à temps partiel masculins situés au-dessus de la moyenne de l’UE-28.

Le travail à temps partiel involontaire est peu répandu au Grand-Duché. Dans la zone euro, en 2012, le taux de ceux qui disent travailler à temps partiel parce qu’ils n’ont pas trouvé un emploi à temps plein atteint près de 30% de l’ensemble de ceux qui travaillent à temps partiel. Au Luxembourg, le taux de travail à temps partiel involontaire n’est que de 13,7%.

(Source: communiqué du Statec)

  • Mis à jour le 07-04-2015