Coopération et action humanitaire

Deux contributions supplémentaires pour les réfugiés syriens

Le déployement de ces nouvelles aides a été annoncé dans le cadre de la visite d'Etat en Turquie

S.A.R. la Grande-Duchesse a visité le camp de Nizip, le 20 novembreÀ l’occasion de la visite d’État en Turquie, la délégation luxembourgeoise a visité, le 20 novembre, le camp de réfugiés Nizip 2. Dans cette ville de préfabriqués, ou vivent quelque 5.000 personnes, S.A.R. la Grande-Duchesse et Jean Asselborn, Vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, ont pu se faire une idée de l’envergure des efforts entrepris par le gouvernement turc pour accueillir et subvenir aux besoins des réfugiés syriens. En fin de visite, il a été annoncé que le Luxembourg compte soutenir davantage ces efforts.

Le Luxembourg a en effet décidé de faire deux contributions:

• Une contribution de 250.000 euros à l’Unicef pour financer la construction d’une école dans la ville de Nizip. Cette école pourra accueillir quelque mille élèves. Les enfants qui vont ainsi pouvoir retourner à l’école s’ajouteront aux 70.000 enfants réfugiés qui fréquentent déjà l’école en Turquie, ce qui représente un énorme effort organisationnel et un coût substantiel pour le gouvernement turc.

• Une contribution de 250.000 euros au Programme alimentaire mondial (PAM/WFP) pour son programme d’assistance alimentaire sur base de cartes électroniques conjointement mis en œuvre avec le Croissant-Rouge de Turquie. Ce système de cartes électroniques permet aux familles syriennes de faire leurs propres courses parmi une large variété de denrées alimentaires et de préparer eux-mêmes des repas selon leurs habitudes et coutumes. Ce type d’aide innovatrice, qui respecte la dignité des personnes ayant besoin d’assistance, permet également de soutenir l’économie locale.

La Turquie a accueilli un demi million de Syriens en deux ans

Il est à rappeler dans ce contexte, qu'à ce jour, l’effort humanitaire du gouvernement luxembourgeois en réponse à la crise syrienne se chiffre à 7,6 millions d’euros pour 2012 et 2013. Ces contributions soutiennent des projets humanitaires en Syrie ainsi que dans tous les pays voisins accueillant des réfugiés (Liban, Jordanie, Turquie, Irak, Égypte).

En effet, après plus de deux ans de conflit violent, la situation humanitaire en Syrie est désastreuse et la souffrance de la population civile se prolonge et s’aggrave. Les services de base comme les soins médicaux, l’eau potable et l’éducation ne sont plus assurés. Plus de 100.000 Syriens ont perdu leur vie depuis mars 2011. Près de 6,5 millions de personnes sont déplacées à travers le pays et près de 9,3 millions de personnes nécessitent de l’aide humanitaire.

Le nombre de réfugiés syriens enregistrés par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Égypte s’élève actuellement à plus de 2,2 millions de personnes. Trois quarts de ces réfugiés sont des femmes et des enfants. Cet afflux massif place les gouvernements hôtes, tels la Turquie, devant un énorme défi. Au cours des deux dernières années, la Turquie a accueilli plus d'un demi million de réfugiés.

(Communiqués de la Direction de la coopération au développement et du Service information et presse du gouvernement luxembourgeois)

  • Mis à jour le 07-04-2015