Santé

La nouvelle loi antitabac entre en vigueur le 1er janvier

Dès cette date, il est interdit de fumer dans les cafés, discothèques, hôtels, centres commerciaux et salles de loisirs

L'interdiction de fumer est valable dès le 1er janvier 2014Le 1er janvier 2014 à midi, la fumée disparaît des cafés, des discothèques, des locaux collectifs des hôtels, des galeries commerciales ainsi que des salles de sports et de loisirs. Ce jour-là, la loi du 18 juillet 2013 relative à la lutte antitabac entre en vigueur. Et les fumeurs devront donc soit se rendre à l’extérieur pour fumer, soit opter, le cas échéant, pour le fumoir. Des amendes sont prévues en cas de non-respect des nouvelles dispositions.

La loi du 18 juillet 2013 est venue modifier celle du 11 août 2006, qui avait stipulé une interdiction de fumer dans les restaurants, les écoles, les hôpitaux, et, à des heures précises, dans les cafés (débits de boisson) servant des repas. En effet, le nouveau texte étend cette interdiction à tous les cafés et discothèques, aux locaux à usage collectif des hôtels et autres établissements d’hébergement ainsi qu'aux centres commerciaux et à tous les établissements couverts où sont pratiqués des sports ou des activités de loisirs.

Les exploitants des locaux désormais concernés par l’interdiction de fumer disposent toutefois de la possibilité d’aménager un fumoir, c’est-à-dire une salle où la cigarette, le cigare et le cigarillo peuvent être fumés sans restriction. Or, l’architecture de cette salle est soumise à certaines conditions. Le fumoir doit notamment être séparé des autres locaux de l'établissement et il doit être équipé d’un système d’épuration d’air ou d’une ventilation. De plus, le service est interdit dans le fumoir et la présence de mineurs n'est pas autorisée. Les caractéristiques techniques du fumoir ainsi que les modalités de conception du système d’épuration ou de ventilation sont fixées dans le règlement grand-ducal datant du 27 novembre 2013.

Des amendes en vue

Le non-respect de la nouvelle loi est passible d’amendes, pénalisant à la fois le fumeur en cause et l’exploitant du local. Ainsi, le fumeur qui s’allume une cigarette, un cigare ou un cigarillo au sein d’un lieu couvert accessible au public, sans se rendre dans le fumoir prévu, le cas échéant, à cet effet, se voit infliger une amende de 24 euros. L’exploitant qui n’empêche pas son client de fumer au sein de son local peut être confronté à une astreinte s’élevant entre 251 et 1.000 euros.

Le but de la nouvelle loi antitabac est de mieux protéger du tabagisme passif les personnes qui séjournent de manière prolongée dans des cafés, des discothèques et autres lieux autrefois enfumés: tant la clientèle que le personnel. Car le tabagisme a de nombreux effets néfastes, non seulement pour le fumeur lui-même, mais également pour son entourage. Selon l’étude de référence en matière de risques liés au tabagisme passif, "Lifting the smokescreen. Ten reasons for a smoke-free Europe" ("Lever l’écran de fumée. Dix raisons pour une Europe sans tabac"), 79.000 Européens meurent chaque année des conséquences de l’exposition à la fumée.

D’après un sondage réalisé pour le compte de la Fondation Cancer, le Luxembourg comptait 333.000 non-fumeurs (77%) en 2012. La même année, 102.000 fumeurs ont été recensés (23%), dont 73.000 qui fument tous les jours (17%). Parmi eux, la plupart étaient jeunes: 33% des fumeurs avaient entre 25 et 34 ans en 2012, tandis que 27% des fumeurs avaient entre 18 et 24 ans. Or, en 2003, soit trois ans avant l’entrée en vigueur de la loi relative à la lutte antitabac de 2006, le pourcentage de fumeurs représentait encore plus de 33%. Ceux qui souhaitent mettre fin à leur dépendance de la cigarette trouvent toute une série de conseils et d’information utiles sur le portail santé ainsi que sur www.info-tabac.lu.

  • Mis à jour le 07-04-2015