Etude

Les pratiques télévisuelles au Luxembourg passées au crible

Le CEPS/Instead s'est intéressé à la place de la télévision dans le quotidien des résidents du Luxembourg

La télévision compte parmi les principaux loisirsD'après des chercheurs français, regarder la télévision constitue le troisième temps quotidien après le sommeil et le travail pour une majorité de la population dans le monde occidental. Dans ce contexte, l'étude réalisé par le CEPS/Instead (Centre d'Etudes de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques) pour le compte du ministère de la Culture montre notamment comment les six principaux groupes nationaux du Luxembourg (Luxembourgeois, Portugais, Français, Italiens, Belges et Allemands) organisent leur priorité en termes de chaînes télévisées regardées. Voici quelques résultats.

Un rapprochement luxembourgeois

La télévision luxembourgeoise séduit une part relativement faible d’étrangers. Cependant, lorsque ces derniers suivent prioritairement les programmes proposés par les chaînes grand-ducales, ils sont plus susceptibles d’avoir des amis luxembourgeois. Ainsi, plus de la moitié des francophones (Belges et Français) mobilisés par les chaînes du Luxembourg comptent des Luxembourgeois dans leurs réseaux amicaux contre seulement un quart chez les francophones intéressés avant tout par les chaînes de télévision venant de l’étranger.

Une connivence économique francophone

La télévision francophone (Belge et Française) mobilise une partie importante de la population du Luxembourg. On constate que son usage est souvent lié à une pratique de la langue française dans le cadre du travail. Ainsi, près de 60% des Portugais séduits par les canaux francophones utilisent le français en entreprise alors que leurs compatriotes préférant regarder d’autres chaînes, ne sont plus qu’un tiers à pratiquer cet idiome dans la relation professionnelle.

Une connexion Outre-Mosellane

Les Luxembourgeois s’intéressent majoritairement aux chaînes émises depuis l’Allemagne. Mais cet intérêt ne les conduit pas à des interactions massives avec la communauté allemande présente dans le pays. Les Luxembourgeois mobilisés par les chaînes allemandes ont un usage relativement faible de la langue allemande au quotidie.

Cet intérêt pour les chaînes d’outre-Moselle s’inscrit dans un autre cadre interculturel, un monde germanophone transfrontalier et centré sur les canaux télévisuels allemands. La proximité entre les langues luxembourgeoise et allemande, l’écart de production entre l’offre grand-ducale et celle de l'Allemagne et la fidélisation de longue durée des Luxembourgeois pour les programmes venus d’Allemagne sont autant de raisons qui permettent de saisir l’intérêt grand-ducal pour les contenus médiatiques allemands.


(Source: communiqué du CEPS/Instead et du ministère de la Culture)

  • Mis à jour le 07-04-2015