Emploi et travail

Le marché de l'emploi décortiqué

Le Luxembourg comptait 365.475 travailleurs salariés en décembre 2013.

Les demandeurs d'emploi sont conseillés à l'ADEMLors de la réunion du conseil de gouvernement du 24 janvier 2014, la direction de l’Administration pour le développement de l’emploi (ADEM) a présenté aux ministres une série de chiffres intéressants concernant le marché de l’emploi luxembourgeois. Qui sont les salariés du Luxembourg ? Dans quels secteurs travaillent-ils ? Et dans quels domaines de l’économie luxembourgeoise, la croissance de l’emploi est-elle actuellement la plus prononcée ? Voici des réponses.

Un marché de l’emploi atypique

En comparaison avec ses pays voisins, le marché de l’emploi luxembourgeois présente une caractéristique assez atypique : en effet, depuis de nombreuses années déjà, le pourcentage de travailleurs immigrés et frontaliers ayant trouvé un emploi au Luxembourg est élevé.
Les chiffres que la direction de l'Administration pour le développement de l’emploi vient de présenter aux membres du gouvernement confirment cette ouverture extraordinaire du marché de l’emploi luxembourgeois. Exemple : sur les 365.475 personnes qui travaillaient au Luxembourg (emploi salarié) en décembre 2013, 161.258 (44,1%) ne résidaient pas au pays. Ces frontaliers venus de France, de Belgique et d’Allemagne, sont attirés par un marché de l’emploi dynamique, un environnement de travail international et des conditions de salaire avantageuses.

Quelques mois plus tôt, en mars 2013, l’emploi salarié s’élevait encore à un total de 364.455 personnes, dont 158.758 frontaliers (43,6%), 105.336 Luxembourgeois (28,9%) et 100.361 résidents étrangers (27,5%). Au total, l’emploi salarié a connu une croissance de 1,7% entre décembre 2012 et décembre 2013. Pour compléter, il est à noter qu’à la même époque, c’est-à-dire en mars 2013, l’emploi non-salarié (indépendants, professions libérales, etc.) était composé de 23.155 personnes.

Création d’emplois

Or, les chiffres présentés au conseil de gouvernement le 24 janvier 2013 portaient également sur la situation de l’emploi, et plus précisément sur les créations de l’emploi. Pendant la période analysée, à savoir entre septembre 2012 et septembre 2013, 1.387 emplois (nets, salariés et non-salariés) ont été créés dans le secteur de la santé humaine et de l’action sociale, secteur qui occupe ainsi la première place du palmarès en question. Il est suivi par 976 emplois créés dans des secteurs non déterminés et 919 emplois créés dans la fonction publique. On retrouve ensuite les activités spécialisées telles les activités juridiques ou la comptabilité (734 emplois créés), l’hébergement et la restauration (566) et le commerce ainsi que la réparation d’automobiles et de motocycles (514). Veuillez trouver le détail en page 6 du document de présentation.

En ce qui concerne la croissance de l’emploi selon le secteur d’activité, on constate que l’emploi a connu une hausse de 12% dans le domaine de l’enseignement entre septembre 2012 et septembre 2013. A la deuxième position, on retrouve des activités non déterminées 8,4%. Les activités immobilières, troisième secteur ayant connu le plus de croissance, ont fait un bond de 7,8%.

Le taux de chômage

Or, il est également à noter que le taux de chômage est passé de 6,4% en décembre 2012 à 7,1% en décembre 2013. Les experts qualifient cette situation de "paradoxale". Parmi les explications figure un chiffre révélateur: 44,8% des demandeurs d’emplois disponibles en décembre 2013 disposaient d’un faible niveau de formation (se limitant à la formation obligatoire). Le gouvernement a annoncé de vouloir prendre davantage de mesures afin de réduire ces taux.

(Source: Présentation au Conseil de gouvernement sur la situation de l'emploi et du chômage)

  • Mis à jour le 07-04-2015