Union européenne

Habemus candidatum - le Conseil européen a proposé Jean-Claude Juncker comme président de la Commission européenne

L'ancien Premier ministre luxembourgeois a passé une étape cruciale

La présidence de la Commission à portée de main pour Jean-Claude JunckerLe vendredi 27 juin 2014, le Premier ministre Xavier Bettel a envoyé un tweet au monde, félicitant Jean-Claude Juncker pour avoir été proposé par le Conseil européen comme candidat au poste de président de la Commission européenne.

Jean-Claude Juncker sera donc plus que probablement le successeur du Portugais José Manuel Barroso (2004-2014). Avec 26 voix des 28 voix possibles au sein du Conseil européen, l’ancien Premier ministre luxembourgeois et l'actuel ministre d’Etat honoraire et l'ancien président de l'Eurogroupe est sur la bonne voie de devenir 13e président de la Commission européenne. Il sera le troisième Luxembourgeois à assumer ce poste, après Gaston Thorn (1981-1985) et Jacques Santer (1995-1999).

Et la commissaire luxembourgeoise sortante a même comparé la proposition de Jean-Claude Juncker à l’anticipation lors de l’élection d’un nouveau pape:

Jean-Claude Juncker a immédiatement fait connaître sa joie d’avoir été proposé à la tête de la Commission par le tweet suivant:

Prochaine étape: le vote au Parlement européen

Les yeux tournés vers Strasbourg

Les yeux sont maintenant tournés vers Strasbourg où le Parlement européen se constituera le 1er juillet 2014. Le même jour, cette assemblée va se donner elle-même un nouveau président. Le vote de nomination du nouveau président de la Commission européenne y aura lieu le 16 juillet à l’ordre du jour.

En tant que tête de liste du PPE, le groupe politique le plus fort du nouveau Parlement européen, Jean-Claude Juncker devra rassembler 376 des 751 voix pour gagner le soutien de l’assemblée parlamentaire. Non seulement la grande majorité des députés du PPE, mais aussi  des députés du groupement des sociaux-démocrates S&D ainsi qu’une partie des Libéraux ont annoncé vouloir soutenir sa candidature. Une fois nominé, le mandat du futur président de la Commission européenne ira jusqu’au troisième trimestre de l'année 2019.

Les priorités politiques au débat

Ce même 16 juillet, le Conseil européen se réunira de manière informelle et rencontrera le président élu de la future Commission européenne pour 2014-2019 pour discuter avec lui des priorités de l’Union européenne pour cette période. De manière générale, ce seront:

  • des économies plus fortes créant plus d’emplois;
  • des sociétés capables de permettre à tous les citoyens de s’assumer et de protéger leurs droits;
  • une sécurité de l’approvisionnement en énergie et un avenir climatique sûr;
  • un espace des droits fondamentaux qui inspire confiance et une action conjointe et efficace dans le monde.

L’intérim à la Commission assuré par Martine Reicherts

Entre l’entrée en fonction de Jean-Claude Juncker comme président de la Commission européenne et le départ de la commissaire luxembourgeoise actuelle, Viviane Reding, qui prendra son siège au Parlement européen dès le 1er juillet, Martine Reicherts assurera l’intérim à la Commission européenne pour le Grand-Duché de Luxembourg.

Actuellement directeur général de l’Office des publications officielles de l’UE, Martine Reicherts a pu gagner des connaissances approfondies de la Commission en tant que chef de cabinet adjoint du président de la Commission Jacques Santer entre 1995 et 1999. La nomination suit un accord entre les partis constituant le gouvernement luxembourgeois, selon lequel le parti socialiste LSAP aurait à proposer un candidat à ce poste.

Le Premier ministre et le Grand-Duc ont félicité Jean-Claude Juncker

Après l’annonce que le choix des chefs d’Etat et de gouvernement était tombé sur Jean-Claude Juncker, des messages de félicitation n’ont pas tardé à arriver.

Ainsi, la Cour grand-ducale a fait part de sa satisfaction et a ajouté: " Votre engagement et votre expérience incontestables constituent des atouts précieux dans l’accomplissement d’une tâche difficile mais essentielle pour le futur de l’Union européenne."

Quant à lui, le Premier ministre Xavier Bettel a réagi immédiatement dans un tweet, avant de revenir sur la décision lors d'un point presse à Bruxelles: "En tant que Premier ministre luxembourgeois, je tiens à féliciter Jean-Claude Juncker. C’est une journée importante parce qu’un principe a été respecté et cela avec une majorité écrasante. Le traité de Lisbonne prévoit qu’on n’est pas obligé d’avoir un choix unanime et je pense que Jean-Claude Juncker est quelqu’un qui a la connaissance et l’expérience nécessaires pour ce poste", a-t-il souligné. Le Vice-Premier ministre Etienne Schneider s’est rejoint aux félicitations du Premier ministre dans un communiqué envoyé vendredi soir, tout comme les autres membres du gouvernement, qui se sont exprimés via les réseaux sociaux.

D’autres messages sont parvenus à Jean-Claude Juncker de la part du président du Conseil européen Herman van Rompuy, du président sortant de la Commission européenne José Manuel Barroso, des eurodéputés luxembourgeois Charles Goerens et Claude Turmes, de la commissaire sortante Viviane Reding, et de bien d’autres.

La répartition des postes-clés au sein de l’Union européenne a commencé

La désignation d’un nouveau président de la Commission européenne va de pair avec le vote d’un nouveau président du Parlement européen, mais aussi avec la désignation d’un successeur pour le président du Conseil européen, Herman van Rompuy, et pour le poste de Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, qui ne sont pas candidats à leur propre succession.

(Sources: rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu, avec europaforum.lu, gouvernement.lu, Twitter et autres)

  • Mis à jour le 06-05-2015