Economie numérique

ITU: un accès facile aux TIC

La performance du Luxembourg ressort de l'étude "Measuring the information society"

La International Telecommunication Union (ITU) vient de publier l'édition 2014 de son rapport "Measuring information society". Ce rapport analyse notamment la mise en place des technologies de l'information et de la communication (TIC) au sein des 166 pays analysés, et le potentiel de développment qui est lié au TIC. Et le Luxembourg affiche un bon résultat.

Le rapport se base sur un indicateur composite, dénommé ICT Development Index. Cet indice repose sur 11 indicateurs de base liés à l'accès, aux compétences et à l'utilisation des technologie de l'information et de la communication (TIC). Il comprend notamment des indicateurs comme le taux d'utilisation d'ordinateurs par les ménages ou encore le taux de pénétration de Internet à haut débit, etc. Cet indice composite a été construit pour mesurer à la fois le niveau et l'évolution du développement des TIC à travers le temps.

Le classement est mené par le Danemark (8,86), suivi par la Corée du Sud (8,85) et la Suède (8,67). Avec un score de 8,26 le Luxembourg se classe à la 10e position, devant ses pays voisins: l'Allemagne se classe 17e (7,90), la France 18e (7,87) et la Belgique 25e (7,57). Les Pays-Bas se classent 7e avec un score de 8,38. De manière générale, les pays compris dans le Top 10 des meilleures performances se trouvent relativement proches les uns des autres (faibles différences d'indice composite).

Une 1re place en matière d'accès

Pour les trois sous-catégories de l'indice composite global, le Luxembourg occupe les positions suivantes:
•    Accès: le Luxembourg se classe en 1re position mondiale (score de 9,46) ;
•    Utilisation des TIC: le Luxembourg se classe en 8e position mondiale (score de 7,66) ;
•    Compétences: le Luxembourg se classe en 82e mondiale (score de 7,08).

Le troisième sous-classement s'explique par une spécificité du Luxembourg, dont cette étude ne tient pas suffisamment compte. En effet, le rapport attribue des performances faibles au Luxembourg en ce qui concerne le nombre d'étudiants luxembourgeois dans l'enseignement tertiaire. Or l'étude ne prend en compte que les étudiants sur le territoire national, et ne tient donc pas compte du fait que la majorité des étudiants luxembourgeois font leurs études tertiaires à l'étranger. Ceci sous-évalue donc fortement les performances luxembourgeoises pour cette sous-catégorie.

(Source: Observatoire de la compétitivité)

  • Mis à jour le 16-10-2015