Logement

Le Statec donne un aperçu sur les conditions de logement au Luxembourg

Logements au LuxembourgDans sa série "Regards", le Statec a publié, en date du 10 décembre 2014, quatre études en relation avec les conditions et la qualité du logement au Grand-Duché de Luxembourg.

Regards N° 26/2014 sur le statut d'occupation des logements

Plus de ⅔ des habitants du Luxembourg sont propriétaires de leur logement (70.8%), mais pour les personnes en risque de pauvreté, ce pourcentage n’est que de 42.8%. Environ 4 sur 5 personnes âgées de 65 ans et plus sont propriétaires de leur logement et ont très rarement un prêt ou une hypothèque en cours. Le taux de propriétaires est le plus faible pour les ménages constitués d’un adulte seul de moins de 65 ans (49.0%) et pour les ménages monoparentaux (48.7% de propriétaires parmi ces ménages). Quelque 43% des résidents du Luxembourg vivent dans des ménages remboursant un prêt hypothécaire, contre seulement 28% dans la zone euro. Environ 14% des résidents de nationalité luxembourgeoise sont locataires, contre environ 50% des étrangers résidant au Luxembourg.

Regards N° 27/2014 sur la surface des logements

La surface moyenne des logements au Luxembourg est de 140m2 et se situe parmi les plus élevées en Europe. La surface de logement moyenne pour les personnes âgées de 65 ans et plus dépasse les 150m2. Les inégalités de revenu se reflètent dans les inégalités de surface de logement, particulièrement au Luxembourg. La surface moyenne est de 34.7m2 par tête pour les personnes en risque de pauvreté (dont le revenu se situe en-dessous de 60% du revenu médian) et de 57.2m2par tête pour les personnes non-pauvres. 7.0% des résidents du Luxembourg vivent dans un logement dit "surpeuplé", contre 11.7% en moyenne dans la zone euro. Près de 60% des logements sont sous-occupés au Luxembourg. Pour les personnes âgées de 65 ans et plus où le taux de sous-occupation dépasse les 80%. 14.5% des personnes enquêtées au Luxembourg disent manquer d’espace dans leur logement. Cependant, les personnes en risque de pauvreté affirment beaucoup plus fréquemment manquer d’espace (31.4%) que les non-pauvres (11.5%).

Regards No 28/2014 sur la qualité du logement

En ce qui concerne les installations de base comme les toilettes intérieures, la salle de bain, les installations de chauffage, les manques sont peu fréquents au Luxembourg (entre 0.1% et 0.6% de la population vit dans de tels logements).

En revanche, la proportion des personnes habitant des logements considérés comme humides est un peu plus élevée au Luxembourg (17.1%) que dans la moyenne de la zone euro (15.1%).

D’un autre côté, seulement 10.2% des habitants du Luxembourg vivent dans des logements qui ne sont pas confortablement frais en été, alors que le pourcentage atteint 20.6% dans la zone euro en moyenne, 18.9% en France, 13.6% en Allemagne.

Les inégalités en matière de qualité de logement sont assez importantes. 13.5% des personnes en risque de pauvreté vivent dans des logements trop sombres, contre 5.4% des non-pauvres.

Pas moins de 28.9% des personnes vivant sous le seuil de risque de pauvreté habitent dans des logements humides, alors que ce n’est le cas que pour 14.9% des non pauvres. Près d’une personne sur 10 parmi les habitants en risque de pauvreté au Luxembourg vit dans un état de privation matérielle sévère liée au logement.

N° 29/2014 Regards sur l'environnement des logements et l'accès aux services

17.0% des habitants du Luxembourg sont confrontés à des nuisances sonores provenant des voisins ou de la voie publique. Le Luxembourg se place près de la moyenne européenne dans ce domaine (19.8% dans la zone euro).

Le pourcentage des personnes qui se plaignent d’un problème de pollution, de saleté ou d’autres problèmes environnementaux est de 14.0% au Luxembourg, soit légèrement en-dessous de la moyenne européenne (15.6% dans la zone euro).

En ce qui concerne la violence, la délinquance et le vandalisme, 14.4% des résidents du Luxembourg sont confrontés à ce genre de problèmes dans l’environnement de leur logement ; un pourcentage assez similaire à celui qui vaut pour la Belgique et la France (14.7%).

Les différences de revenu se reflètent dans les inégalités de l’environnement du logement. 26.6% des résidents dont le revenu se situe en-dessous du seuil de risque de pauvreté font état de nuisances sonores provenant des voisins ou de la voie publique, contre seulement 15.3% des non-pauvres. En zone urbaine (c’est-à-dire densément peuplée), près de 40% des personnes en risque de pauvreté font état de nuisances sonores provenant des voisins ou de la voie publique, contre 20% des personnes non-pauvres.

Finalement, contrairement aux nuisances sonores et à la pollution, l’écart entre pauvres et non-pauvres dans le domaine de la délinquance, de la violence et du vandalisme est moins prononcé au Luxembourg que dans les pays voisins et dans la zone euro en moyenne. 14.1% des habitants du Luxembourg qui ne sont pas en risque de pauvreté font état de délinquance, violence et vandalisme aux alentours de leur logement. 15.7% des habitants du Luxembourg en risque de pauvreté sont dans le même cas.

(Source: communiqués du Statec)

  • Mis à jour le 06-05-2015