TIC

Le besoin en sensibilisation des jeunes reste d'actualité

C'est l'une des grandes conclusions tirées des formations BEE SECURE 2013/2014

Les jeunes sont particulièrement vulnérables face à InternetUne fois par an, BEE SECURE dresse le bilan de l'utilisation de l'ordinateur et d'Internet par les enfants et les adolescents au Luxembourg, à la lumière des expériences des formateurs BEE SECURE. Ceux-ci ont, pendant l'année scolaire 2013/2014, sensibilisé 257 classes de l’enseignement fondamental, 359 classes de l’enseignement secondaire et 89 autres groupes. En tout, plus de 14.000 personnes ont été formées.

Dans l’ensemble du pays et presque sans exception, les enfants ont accès à Internet. Non seulement à la maison et à l'école, mais aussi en déplacement, grâce aux "smartphones" dont dispose déjà un grand nombre d’élèves de l’enseignement fondamental.

Des formateurs inquiets

Les formateurs BEE SECURE s'inquiètent notamment de la naïveté de beaucoup jeunes qui utilisent les nouveaux médias sans trop se poser des questions. Nombreux sont ceux qui dévoilent volontairement des informations personnelles, qui ne se soucient pas des droits d'image et des droits d'auteur ou qui téléchargent des contenus illégaux. L'utilisation de réseaux sociaux et d'applications, tels que Snapchat ou Whatsapp, pose également problème. En effet, la prise et le partage de photos intimes (appelés "sexting") exercent un grand attrait sur les jeunes.

Dans toutes les formations, les formateurs ont rencontré des élèves qui ont été victime de sexting ou qui connaissent quelqu'un ayant souffert des conséquences néfastes d'une photo intime. À titre d’exemple, dans une classe de 7e, une fille, après avoir perdu un pari, a envoyé une photo intime à un camarade de classe qui l'a ensuite mise en circulation dans toute l'école.

Le cyber-harcèlement, une réalité

Le cyber-harcèlement est également un danger à ne pas sous-estimer. Au Luxembourg, des cas extrêmes ont mené à des suicides. La helpline de BEE SECURE reçoit régulièrement des appels de personnes concernées ou de parents et qui demandent de l'aide à ce propos. Par exemple, un garçon, qui a été filmé par ses camardes lorsqu'il urinait aux toilettes de l'école et dont la vidéo a été publiée sur Facebook, a été harcelé.

C'est justement à cause de telles "tendances" que la plupart des formations proposées par BEE SECURE traitent du comportement sûr dans l'univers virtuel. Les formations abordent bien sûr également les aspects techniques (logiciels malveillants, gestion des mots de passe, mise à jour de l'ordinateur,...).

BEE SECURE souligne les avantages des technologies d'informations et de communication modernes. Ces technologies nécessitent toutefois le respect de quelques règles de base importantes. Pour une meilleure éducation aux médias, BEE SECURE mise donc sur la collaboration avec les parents ainsi que sur la formation continue des spécialistes (enseignants/éducateurs).

Seuls ceux qui comprennent ce qui incite les enfants à accéder à Internet et ce qu'ils y font, peuvent identifier les dangers potentiels et, en cas de besoin, être un interlocuteur adéquat. L'éducation aux médias doit  donc être un élément essentiel dans toutes les formations scolaires et professionnelles.

(Source: communiqué par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse / Service national de la jeunesse)

  • Mis à jour le 06-05-2015