Cinéma

"La volante", thriller psychologique autour la perfide vengeance d’une mère en deuil

La coproduction luxembourgeoise dès maintenant dans les cinémas luxembourgeois

16-volanteUn accident mortel, une mère en deuil, un perfide plan de vengeance – l’histoire derrière "La volante" a de quoi captiver son public. Le thriller psychologique est en salles à partir de ce mercredi 16 septembre 2015.

Marie-France, interprétée par l’excellente Nathalie Baye, est une secrétaire intérimaire, donc une soi-disant "volante". Plusieurs années après la mort de son fils, qui fut accidentellement percuté par une voiture, la protagoniste a toujours du mal à se retrouver dans la vie. Elle choisit de travailler comme assistante pour l’entreprise de Thomas, bien sachant que ce dernier était l’auteur de l’accident dans lequel son fils est mort. Thomas, lui, ne se rend pas compte que Marie-France est la mère du jeune homme qu’il a percuté et ne devine donc pas qui se cache derrière l’immaculée façade de sa secrétaire tellement professionnelle, discrète et efficace. Bientôt, le spectateur se rend compte que Marie-France construit, en vérité, d’une manière effrayamment méthodique et perfide sa vengeance. Elle fait en sorte de devenir indispensable à Thomas, s’immisce dans ses affaires familiales et se rapproche de son fils Léon. Comme une sorte de remplacement pour son enfant décédé, elle veut faire de ce dernier son enfant de substitution. D’une manière psychologiquement violente et captivante, le plan de Marie-France suit son cours.

LA VOLANTE - Trailer from Tarantula Luxembourg on Vimeo.

Une coproduction luxembourgeoise

En effet, le long-métrage de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri – leur troisième long-métrage commun, par ailleurs – est une coproduction belge, française et luxembourgeoise. Du côté du Grand-Duché, la société de production Tarantula de Donato Rotunno était impliquée. De plus, une grande partie du film a été tournée au Grand-Duché, entre autres à Esch-sur-Sûre près du lac de la Haute-Sûre et à Mondorf-les-Bains dans la mairie.

En ce qui concerne les acteurs c'est, à part Malik Zidi, dans le rôle de Thomas, surtout Nathalie Baye, dont la réputation n’est plus à faire, qui capte l’attention du spectateur. Cette figure semblant douce et pleine de charme est généralement associée à des rôles bienveillants et empathiques et a pour cette raison un énorme capital de sympathie auprès du public. Le jeu entre son apparence inoffensive et le caractère sans scrupule et insidieux qu’elle représente intrigue le spectateur et crée ainsi un énorme suspense.

Le Luxembourg s'engage fortement au soutien de son secteur de la production cinématographique et de nombreuses initiatives ont été créées dans les dernières années à cette fin. Ainsi, le Film Fund Luxembourg aide par exemple des (co)productions luxembourgeoises dans le financement de leurs projets. Actuellement, le secteur de la production audiovisuelle compte une trentaine de sociétés de production et emploie 600 personnes. Il en est arrivé à un niveau de professionnalisme et d'efficacité excellents – le fait que récemment, Mr. Hublot, un film d'animation luxembourgeois, ait remporté un Oscar en témoigne. 

Suffisamment de raisons donc de se rendre au cinéma un de ces jours. Avec "La volante", préparez-vous à 90 minutes de frissons et de sensations fortes !

(Article rédigé par l'équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 21-09-2015