Cinéma

“Eng nei Zäit“, thriller historique, dès le 14 octobre sur les grands écrans luxembourgeois!

Une production luxembourgeoise entre crime, amour et histoire vous fera découvrir le sombre Luxembourg d’après-guerre

14-engneizait-afficheCe 14 octobre 2015, le thriller historique "Eng nei Zäit" sortira dans les salles luxembourgeoises. Autour d’un quintuple meurtre, "Eng nei Zäit" (fr. "Demain, après la guerre"), production à 100% luxembourgeoise, éclaircit d’un point de vue inédit une des périodes les plus sombres de l’histoire du Grand-Duché. Le jeune Luxembourgeois Jules, revenu de la France où il s’est caché pour éviter l’enrôlement de force pendant l’occupation nazie, peine à retrouver sa place au sein de la société luxembourgeoise qui est profondément divisée entre la chasse aux collaborateurs du régime nazi et la reconstruction après les dégâts que la Seconde Guerre mondiale a causés. Jules essaye de se réintégrer dans sa famille et son village traumatisé et de renouer les liens avec Léonie, son amie d’avant la guerre. Travaillant comme gendarme, il se voit quotidiennement confronté aux horreurs de la guerre et observe la chasse aux sorcières des collaborateurs et le dénigrement de ceux revenant d’Allemagne. Un quintuple meurtre, dans lequel Léonie fait partie des victimes, bouleverse sa vie. Avec ses collègues, Jules se lance dans les investigations autour du crime. Au fur et à mesure, il doit constater que le passé finit par rattraper tout le monde.

Focus sur des faits réels et une époque passée sous silence dans les récits historiques

En effet, dans les livres d’histoire traitant de la Seconde Guerre mondiale, vous lirez des champs de guerre, de la bataille des Ardennes, de la solidarité entre les Luxembourgeois pour le maintien de leur langue maternelle, de leur culture et de leur identité nationale. Cependant, il est extrêmement rare de voir des aspects comme la collaboration nazie, les zones d’ombre des années de l’occupation et la vie de l’immédiat après-guerre abordés dans ces récits. Le gouvernement luxembourgeois, de retour de l’exil, est impopulaire et très critiqué. Les matières premières comme la nourriture ou le charbon sont rationnées ; de nombreux villages sont ravagés par la bataille des Ardennes. Surtout, la société luxembourgeoise est divisée et se trouve au bord du gouffre. Ce sont précisément ces thématiques difficiles qui fonctionnent comme arrière-plan pour le film "Eng nei Zäit. Kann ee Land seng Zukunft op Ligen opbauen ?", ou, en français, "Demain, après la guerre. Peut-on construire l’avenir sur des mensonges ?". Un chef-d’œuvre donc, qui sort du cadre des films de guerre "typiques" pour emmener le spectateur dans les profondeurs insoupçonnées des inextricables rancunes et actes de revanche qui dominaient le quotidien de l’époque.

Tout cela en se basant sur des faits réels: effectivement, quelques mois après la fin officielle de la Seconde Guerre mondiale, cinq personnes, plus précisément une famille allemande et ses deux domestiques luxembourgeois, furent abattus dans une ferme près d’Ettelbruck. Bien qu’un certain Bernardy ait été condamné et exécuté pour les faits, des doutes sur sa culpabilité persistent, l’inculpé étant revenu sur les aveux qu’il avait faits peu après l’acte. En effet, il s'agissait là de la dernière exécution capitale effectuée au Luxembourg. 

"Eng nei Zäit" - Teaser 43 sec - ST FR/ALL from Samsa Film on Vimeo.

Une production à 100% luxembourgeoise

Non seulement les faits dont le film s’inspire, mais aussi le contexte historique et la langue sont purement luxembourgeois. Bien plus que cela : Les acteurs, le réalisateur, le producteur, … on peut vraiment dire qu’il s’agit d’une production entièrement luxembourgeoise. Le réalisateur est Christophe Wagner, connu notamment pour son polar "Doudege Wénkel" qui a cartonné dans les cinémas du Grand-Duché. "Eng nei Zäit" est produite par la société luxembourgeoise Samsa Film, qui est le premier producteur indépendant luxembourgeois de films et qui s’exporte aussi au niveau européen. Il est clair: la production audiovisuelle luxembourgeoise est en plein épanouissement. Le fait que récemment, Mr. Hublot, un film d’animation luxembourgeois, ait gagné un Oscar en témoigne.

Une exposition multimédia accompagnant le lancement du film

Envie de jeter un coup d’œil derrière les coulisses du tournage de "Eng nei Zäit"? Du 1er au 22 novembre 2015, vous aurez l’occasion à l’Abbaye de Neumünster de découvrir les décors, accessoires et outils employés pour la réalisation du film. Conçue et réalisée par Marie-Anne Theriez de l’agence Think Twice et Paul Lesch, historien du cinéma, l’exposition vous permettra de plonger dans le monde du cinéma.

Un colloque pour analyser cette époque caractérisée par traumatismes, ressentiments à l’égard des Allemands, règlements de compte et division sociale

Dans le sillage de la sortie du film "Eng nei Zäit", un colloque international et pluridisciplinaireest organisé les 23 et 24 octobre 2015 au Centre national de l'audiovisuel (CNA) à Dudelange. Des experts historiens des pays voisins du Grand-Duché se retrouveront pendant deux jours pour étudier d’un point de vue inédit les différentes phases de la période d’occupation, les divisions qui ont parcouru la société luxembourgeoise et les aspects jusque-là moins étudiés comme la collaboration et la persécution des juifs. Un autre sujet sera la recherche sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale telle qu’elle s’est formée dès l’immédiat après-guerre. Il s’agit donc d’une approche tout à fait moderne pour analyser l’histoire, mettant l’accent sur des thématiques autres que celles auxquelles on a classiquement donné la priorité par le passé. Le colloque, ouvert au grand public, est gratuit, à l'exception des tickets de cinéma pour la projection du film. Pour participer au colloque, vous pouvez vous inscrire en vous addressant à Monsieur Vincent Artuso (colloque@engneizait.lu ). Attention, les places sont limitées!


(Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu; Sources: www.engneizait.lu, dossier de presse)

  • Mis à jour le 22-10-2015