Arts plastiques

Melusina prend place au bord de l'Alzette

La sculpture de l'artiste luxembourgeois Serge Ecker enrichira le faubourg du Grund

Melusina uncoveredLa légende de la belle Mélusine, partie intégrante du mythe fondateur de la Ville de Luxembourg, a inspiré artistes, poètes et historiens depuis des siècles. Pour célébrer les 1050 ans de la fondation de la Ville de Luxembourg, l’artiste luxembourgeois Serge Ecker a créé une œuvre qui représente la fameuse femme à la queue de poisson assise sur un rocher, qui se trouve au lieu même où la légende aurait eu lieu.

Une légende aux origines du Luxembourg

Quand Sigefroi, comte de Luxembourg, épouse la jolie jeune femme, il ne se doute guère qu’elle arbore un secret. Ainsi, il la laisse se retirer une fois par semaine, selon ses vœux, pour faire sa toilette. Cependant, rogné par la jalousie, il finit par l’espionner et découvre son secret – son épouse possède une queue de poisson! Mélusine, qui découvre la trahison, se jette par la fenêtre du château qui se trouva jadis sur le rocher du Bock, et disparaît dans l’Alzette.

Telle est la légende que tous les enfants du Luxembourg apprennent à l’école.

Une sculpture à toucher

Le 14 octobre 2015, la Ville de Luxembourg inaugure une sculpture qui porte le nom de cette créature fantastique, "Mélusine". Celle-ci se trouve au bord de l’Alzette, rue Plaetis, en-dessous du rocher du Bock et vis-à-vis de l'abbaye de Neumünster, et marque donc l’endroit précis où le drame se serait déroulé au Xe siècle.

Interprétée par l’artiste luxembourgeois Serge Ecker, la sculpture représente une Mélusine assise sur un rocher, en teinte Magenta. En février 2014, elle fut choisie parmi plusieurs projets d'artistes qui avaient participé dans un concours organisé par la Ville de Luxembourg pour ériger une sculpture pour fêter les 1050 ans de la fondation de la ville par le Comte Sigefroi. Les projets entrés furent soumis à un vote d’un jury et un vote du public qui comptaient à parts égaux.

Ce qui fait de cette sculpture de l'inédit, c'est le fait qu'elle a été entièrement concipée sur un ordinateur, puis imprimée en 3D. Cette technique relativement nouvelle permet de construire une œuvre couche par couche dans une imprimante spécialisée.

Et le résultat des efforts sait convaincre! Non seulement que la sculpture crée un pont entre le Luxembourg ancien et le Luxembourg dans l'ère du digital, mais elle est vivante, interactive. En effet, loin de vouloir créer une œuvre qui n'invite qu'à la regarder, Serge Ecker à créé une sculpture qui sert aussi de banc, sur laquelle une personne peut s'asseoir pour prendre une photo, voir un selfie avec la belle Mélusine.

Ainsi, il a réussi à traduire une légende du Xe siècle en un objet d'art post-digital du XXIe siècle.

(article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 14-10-2015