Cinéma

37e Festival Max Ophüls: "Eng nei Zäit" en compétition officielle

Après 23 ans d’absence de film luxembourgeois dans le concours officiel, le deuxième long métrage de Christophe Wagner sera en lice pour le prix Max Ophüls
Le film Eng nei Zäit réalisé par Christophe Wagner a été sélectionné en compétition officielle au 37e du Festival du film prix Max Ophüls (Filmfestival Max Ophüls Preis) qui se tiendra à Sarrebruck du 18 au 24 janvier 2016. Ceci après 23 ans d'absence de film luxembourgeois dans le concours officiel du festival. En 1993, Pol Cruchten décroche le prix Max Ophüls avec son long-métrage Hochzäitsnuecht (nuit des noces), un drame qui se développe lors des noces d’un couple de drogués, au milieu de la société bourgeoise qui les entoure.

Eng Nei Zäit - regard sur un passé troublé

Eng nei Zäit (fr. Demain, après la guerre, production à 100% luxembourgeoise, éclaircit d’un point de vue inédit une des périodes les plus sombres de l’histoire du Grand-Duché.

Le jeune Luxembourgeois Jules, revenu de la France où il s’est caché pour éviter l’enrôlement de force pendant l’occupation nazie, peine à retrouver sa place au sein de la société luxembourgeoise qui est profondément divisée entre la chasse aux collaborateurs du régime nazi et la reconstruction après les dégâts que la Seconde Guerre mondiale a causés. Jules essaye de se réintégrer dans sa famille et son village traumatisé et de renouer les liens avec Léonie, son amie d’avant la guerre.

Travaillant comme gendarme, il se voit quotidiennement confronté aux horreurs de la guerre et observe la chasse aux sorcières des collaborateurs et le dénigrement de ceux revenant d’Allemagne. Un quintuple meurtre, dans lequel Léonie fait partie des victimes, bouleverse sa vie. Avec ses collègues, Jules se lance dans les investigations autour du crime. Au fur et à mesure, il doit constater que le passé finit par rattraper tout le monde.

Eng Nei Zäit avait été nominé dans la catégorie "Regards du présent" au Festival du film francophone de Namur.

Eng nei Zäit est sorti au Luxembourg 14 octobre 2015. Depuis, il a accueilli 15.000 spectateurs et demeure toujours à l’affiche.

Le Festival Max Ophüls - un festival de renommée internationale

Révéler les nouveaux réalisateurs, tel est l'enjeu premier du Festival qui propose chaque année une sélection officielle d'une centaine de premières œuvres. Le festival du prix Max Ophüls à Sarrbruck existe depuis 1980. Dans la compétition, chaque jeune réalisateur germanophone peut participer dans une des 4 catégories jusqu’à la réalisation de son 3e long-métrage. Toutes les représentations en salle sont publiques, les tickets pour un des cinémas peuvent être achetées sur place ou en ligne.

 Le festival Max Ophüls Preis a acquis une grande renommée dans le paysage des festivals germanophones. Consacré aux premiers films, il constitue une plateforme considérable pour les nouveaux talents.

En 2015, le festival avait mis à l'honneur des productions luxembourgeoises. Un grand honneur a été l’ouverture du festival par la production Die Räuber (Les brigands) du réalisateur luxembourgeois Pol Cruchten. D’autres production et coproductions luxembourgeoises avaient également été au rendez-vous du public: Amour Fou, Succès Fox, Hannah Arendt et Mammejong.

En 1993, Pol Cruchten décroche le prix Max Ophüls avec son long-métrage Hochzäitsnuecht (nuit des noces), un drame qui se développe lors des noces d’un couple de drogués, au milieu de la société bourgeoise qui les entoure. En 2007, il avait de nouveau la possibilité de montrer une de ses productions: Perl oder Pica, l’histoire d’un garçon de 12 ans entre enfance et adolescence dans le Luxembourg des années 1960, est montré dans la sélection "Histoires vraies – Wahre Geschichten von nebenan".

Un secteur qui a le vent en poupe

Disons-le ouvertement et avec fierté: le secteur luxembourgeois de la production cinématographique a le vent en poupe! Ses productions et coproductions ne sont pas seulement plébiscitées par le public, mais ramassent aussi régulièrement des prix internationaux aux festivals et galas, parmi lequel le premier Academy Award - appelé l'Oscar - pour la production luxembourgeoise Mr. Hublot en 2013. Mentionnons aussi d’une autre coproduction, Le chant de la mer, vient d’être nominé pour un Academy Award dans la catégorie du meilleur film d'animation.

Parmi la myriade de coproductions, soutenues financièrement par le Film Fund Luxembourg et logistiquement et techniquement par des sociétés de productions installées au Luxembourg, il y a aussi ces productions à 100% luxembourgeoises, souvent aussi de langue luxembourgeoise, qui sont rarement montrés en dehors du territoire luxembourgeois.

(article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu)
  • Mis à jour le 28-09-2016