Mobilité

Les radars fixes sont opérationnels en phase test

A partir du 1er février 2016, les radars fixes sont opérationnels sur certains points jugés dangereux

Contrôle des documents de bord par la police de routeChauffards prenez garde! A partir du 1er février 2016 des radars fixes seront opérationnels en phase test. Les 10 premières bornes ont été activées à ce jour et fonctionnent désormais. Ils seront complémentés par 6 radars mobiles qui pourront être utilisés sur l’entièreté du réseau routier. Cependant, se faire flasher par une des bornes reste sans conséquences pour le moment: la phase "chaude" ne commencera qu’au 16 mars 2016.

Renforcer la sécurité routière

Selon l’asbl Sécurité routière, 48% des accidents mortels étaient liés à une vitesse exagérée, de loin la cause la plus commune des fatalités sur les routes luxembourgeoises. Et malheureusement les lieux où ces accidents le produisent se répètent. C’est pour cette raison que le gouvernement avait décidé d’installer des bornes de radar fixes à des lieux dangereux ou à des lieux où la police de route constate souvent le non-respect de la limitation de vitesse.

Ces postes ont la capacité de flasher dans les deux directions, permettant ainsi l’identification des motos qui ont leur plaque d’immatriculation à l’arrière. De même, les photos prises par les radars permettront de constater d’autres infractions au Code de la route, comme l’utilisation d’un téléphone mobile au volant ou le non-port de la ceinture de sécurité.

20 postes fixes et 6 radars mobiles

20 point avaient été retenus d’une liste de 105, et 10 postes ont été choisis pour servir dans une phase test, dont un poste sur la N11 entre Gonderange et Waldhof, où un accident ayant fait 3 morts s’était produit en 2015.

Pour le moment, un excès de vitesse registré par les bornes n’entraîne pas encore de sanctions. Sur chacun des dix premiers sites, les tests seront réalisés avec un flash visible de couleur rouge. Des bandeaux amovibles indiquant "test en cours" signaleront la présence des radars lors de la journée du test, une centaine de mètres avant les sites respectifs. Les photos prises à cette occasion seront supprimées au plus tard 48 heures après leur prise.

A partir du 16 mars cependant, les bornes seront opérationnelles et connectés à un réseau qui permet l’envoi automatique d’avertissements taxés ou de procès-verbaux. Et n’oubliez pas que de telles infractions vous coûtent aussi des points!

Coopération transfrontalière

Le 16 mars, date de début de la phase répressive des radars, marque aussi le début d'un échange automatique et transfrontalier d'informations sur quelques infractions. Dès lors, un chauffeur qui s'est fait flasher au Luxembourg par un radar fixe se verra poursuivi dans son pays d'origine par les autorités compétentes. Le même principe s'applique naturellement aussi aux chauffeurs luxembourgeois en faute dans un des pays limitrophes.

(Source: communiqué de presse du ministère du Développement durable et des Infrastructures; équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 03-02-2016