Mobilité

Souriez, vous êtes filmé(e): les radars désormais opérationnels!

A partir du 16 mars 2016, les radars fixes sont opérationnels sur certains points jugés dangereux

Les radars fixes sont opérationnelsChauffards prenez garde! A partir du 16 mars 2016, des radars fixes sont opérationnels sur le réseau routier luxembourgeois. Depuis le 1er février, les 10 bornes avaient déjà été actives en phase test, une phase qui vient maintenant à échéance. Les bornes fixes sont complémentés par 6 radars mobiles qui peuvent être utilisés sur l’entièreté du réseau routier. Désormais, il faut donc s'attendre à une amende entre 49 et 145 euros pour un dépassement de vitesse repéré par flash!

10 postes fixes et 6 radars mobiles

20 point avaient été retenus d’une liste de 105, et 10 postes avaient été choisis pour servir dans une phase test, dont un poste sur la N11 entre Gonderange et Waldhof, où un accident ayant fait 3 morts s’était produit en 2015.

A partir du 16 mars, ces bornes sont désormais opérationnelles et connectées à un réseau qui permet l’envoi automatique d’avertissements taxés ou de procès-verbaux par lettre recommandée. Et n’oubliez pas que de telles infractions vous coûtent aussi des points sur votre permis!

Que font les radars fixes?

Les radars fixes mesurent la vitesse dans les deux sens de circulation sur un maximum de 3 voies. Ils sont équipés de façon à faire la distinction entre deux catégories de véhicules (véhicules légers tels que voitures particulières/motocycles, et poids lourds) selon leur vitesse respective autorisée sur le tronçon en question. Ils prennent des photos de l’avant et de l’arrière d’un véhicule en infraction, de sa plaque d’immatriculation et de son conducteur.

La photo est enregistrée et envoyée par réseau au Centre de traitement, ou les agents de la police procèdent à la constatation de l’infraction et une identification du titulaire du certificat d’immatriculation. L’avertissement taxé est ensuite envoyé par voie postale.

Coopération transfrontalière

Le 16 mars, date de début de la phase répressive des radars, marque aussi le début d'un échange automatique et transfrontalier d'informations sur quelques infractions. Dès lors, un chauffeur qui s'est fait flasher au Luxembourg par un radar fixe se verra poursuivi dans son pays d'origine par les autorités compétentes. Le même principe s'applique naturellement aussi aux chauffeurs luxembourgeois en faute dans un des pays limitrophes.

(Source: communiqué de presse du ministère du Développement durable et des Infrastructures; équipe rédactionnelle du portail www.luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 14-03-2016