Santé

Une étude MemoVie révèle une prévalence basse de démence et de troubles cognitifs au Luxembourg

Contribution significative du Luxembourg Institute of Health

Etude sur la prévalence de la démence et des troubles cognitifsUne étude du Luxembourg Institute of Health (LIH) publiée dans le journal scientifique de libre accès "PLOS One" signale pour la première fois des estimations fiables au sujet de la prévalence de la démence et des troubles cognitifs parmi la population âgée au Luxembourg. Les chercheurs ont déterminé des estimations de prévalence de 3,8% (2,8% à 4,8%) pour la démence et de 26,1% (17,8% à 34,3%) pour les troubles cognitifs. Ainsi, la prévalence de démence est très basse comparée à d'autres pays.

Dr. Magali Perquin, chercheuse à la Epidemology and Public Health Research Unit du Department of Population Health du LIH était le chef de projet de cette étude, qui était menée conjointement avec le Centre hospitalier de Luxembourg (CHL) et un nombre de partenaires nationaux et internationaux (groupe MemoVie), et soutenu par le Fonds national de Recherche (FNR).

Les chercheurs on déterminé que la prévalence estimée de démence est de 3,8%, une valeur très basse comparée à d'autres pays. "En comparaison, la prévalence médiance estimée est de 6,4% pour l'Europe, de 7,1% pour l'Amérique latine et de 8% pour le Canada," selon Dr. Perquin. Elle explique davantage: "Il manque encore d'études menées sur le terrain sur la prévalence des troubles cognitifs. Une étude australienne représentative a signalé des troubles de mémoire pour 33,5% des participants. Ici, le Luxembourg affiche donc aussi un taux plus bas. Naturellement, si on analyse et compare les données, il faut considérer qu'un préjugé ou une sous-estimation ne peuvent pas être tout à fait exclus."

Dr. Perquin et ses collaborateurs considèrent que l'occurrence faible de démence et de troubles cognitifs parmi les personnes âgées au Luxembourg est en relation avec la réserve cognitive importante observée dans la population luxembourgeoise. "La réserve cognitive est une ressource du cerveau qui est développée par des activités cognitivement stimulantes tout au long de la vie," Dr. Perquin explique. "Des personnes avec un niveau élevé d'éducation ou qui pratiquent plusieurs langues ont une réserve cognitive plus importante. Au Luxembourg, la population indigène est plurilingue, comme le pays a trois langues officielles qui sont enseignées à l'école depuis le plus bas âge, et utilisées de manière intensive dans la vie quotidienne."

Dans une étude précédente, Dr. Perquin et ses collaborateurs avaient montré que le plurilinguisme est associé étroitement à la protection contre des déficiences cognitives.

Le Luxembourg Institute of Health est une organisation publique de recherche biomédicale. Sa mission est de générer et de traduire des connaissances scientifiques vers une utilisation clinique, ce qui a un impact sur les défis futurs des soins de santé et de la médecine personnalisée, le tout avec le but déclaré d'établir le Luxembourg comme centre de recherche biomédicale. En 2015, le LIH a évolué depuis le Centre de recherche public (CRP) Santé et de la Integrated BioBank of Luxembourg (IBBL), pour fusionneur les actifs et l'expertise des deux instituts.

(Source: Communiqué de presse du Luxembourg Institute of Health / www.lih.lu)

  • Mis à jour le 22-07-2016