Jeux paralympiques Rio 2016

Portrait d'athlète: Tom Habscheid, le lanceur

Les Jeux paralympiques de Rio démarrent le 7 septembre et finissent le 18 septembre 2016. Trois athlètes représentent les couleurs de notre pays en para-cyclisme et athlétisme. Laissez-nous vous les présenter.

07-T-Habscheid-bis-listeactusTom Habscheid, né le 11 août 1986, est originaire d’Useldange et travaille actuellement au CNA à Dudelange – où il est d’ailleurs membre du Cercle athlétique. Sa particularité est d’avoir une déficience fémorale congénitale. Il représente fièrement les couleurs de notre pays aux Jeux paralympiques de Rio 2016.

Tom Habscheid commence le sport très jeune, à l’âge de 6 ans, et s’essaye d’abord au football. Ensuite, il pratique de nombreux sports tels que le vélo ou le ski.

C’est en 2012, dans le club Celtic Diekirch catégorie F42, que le sportif débute sa carrière du lancer de disque et, parallèlement, celle du lancer de poids.

Très vite il accumule les succès en décrochant, par exemple, la 2e place au championnat d’Europe de lancer de disque à Swansea en 2014. La même année, il remporte la première place au "Paraletics Grand Prix" en Suisse et il atteint la 3e place dans le ranking mondial de la discipline.

Grâce à la réussite des distances minimum requises au lancer de disque (38,5 mètres) et au lancer de poids (11,20 mètres), l’athlète est parvenu à se sélectionner pour les Paralympiques de Rio.

Depart-Tom-Para-crop

L’athlétisme paralympique

L’athlétisme a été parmi les premières disciplines à figurer au programme des tout premiers Jeux paralympiques de Rome en 1960. Tout comme l’athlétisme valide, l’athlétisme adapté se présente sous de multiples facettes. On retrouve des épreuves de course, de saut, de lancer, le marathon et le pentathlon. Selon le handicap et la classe dans laquelle les athlètes se trouvent, diverses adaptations et aides techniques sont utilisées. Les athlètes sont classés par catégorie désignée par 1 lettre et 2 chiffres. La lettre correspond à la discipline, le premier chiffre correspond au handicap et le second chiffre à sa gravité. Plus celui-ci est bas, plus le handicap est lourd. 

(Article rédigé par l'équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 07-09-2016