Finances

Avec le Luxembourg Green Exchange, la Bourse de Luxembourg se met au vert

Le Luxembourg veut devenir la capitale mondiale de la finance verte

Luxembourg Green ExchangeLe Luxembourg Green Exchange (LGX) vient de faire ses débuts! Avec cette plateforme, dédiée aux instruments financiers verts, la Bourse de Luxembourg devient la première bourse au monde à se limiter à la cotation de produits financiers écologiques. Ainsi, l'accès est limité aux émetteurs qui se conforment à des critères d'éligibilité stricts. La plate-forme vise à établir une nouvelle référence pour le marché, en forte évolution, des valeurs mobilières vertes.

114 obligations vertes étaient cotées à la première ouverture du LGX, venant de 25 émetteurs et cotés en 19 devises différentes, ceci pour un montant de plus de 45 milliards USD. Sachant que la Climate Bond Initiative estime à 100 milliards USD le volume d’émissions vertes en 2016, le LGX occupe donc une position de pointe dans le marché des titres verts mondial.

LGX rassemble les émetteurs qui consacrent 100% des fonds levés à des investissements verts. Avec cette initiative, la Bourse de Luxembourg répond aux exigences toujours plus hautes d’investisseurs quant à l’aspect écologique de leurs investissements. C’est surtout depuis la Conférence de Paris COP21 que les titres verts ont joui d’une attractivité croissante, soulevant en même temps les questions sur la manière dont les titres verts émis peuvent bénéficier de plus de visibilité, et sur le contrôle de qualité des titres. Ainsi, la Bourse de Luxembourg a doté LGX de critères d’éligibilité stricts:

  • Une auto-labellisation en tant qu’instrument vert ou équivalent (par exemple par rapport au climat). L'émetteur doit indiquer clairement, au cours du processus d'application, la nature verte de la valeur mobilière;
  • Utilisation des fonds levés. Il est obligatoire que les fonds soient exclusivement utilisés pour le financement ou le refinancement de projets qui sont 100% verts;
  • Revue "ex-ante" et reporting "ex-post". L'émetteur doit s’engager à fournir à la fois une analyse "ex-ante" externe réalisée par un tiers indépendant, et des rapports "ex-post" – une exigence sans précédent sur les marchés des capitaux mondiaux.

L'accès à LGX est exclu pour les titres repris sur la liste des catégories comprenant, entre autres, la production d'énergie nucléaire; le commerce de faune et flore protégée; l'expérimentation animale pour les produits cosmétiques et  autres produits non médicaux, des tests médicaux sur des espèces en voie de disparition et les combustibles fossiles.

Le concept LGX a été développé conformément aux meilleures pratiques établies par Climate Bonds Initiative (CBI) et l'International Capital Market Association (ICMA).

(Source : www.bourse.lu)

  • Mis à jour le 20-11-2016