Fêtes et traditions

Chassez les mauvais esprits grâce au Trauliicht

Le 31 octobre, veille de la Toussaint, les Luxembourgeois célèbrent le Trauliicht, l’Halloween national.

31-halloweenChaque année, à la fin du mois d’octobre, a lieu le Trauliicht. Il s’agit d’une ancienne fête traditionnelle, cousine d’Halloween, propre aux Ardennes luxembourgeoises.

Célébrez les esprits à la luxembourgeoise

A l’instar d’Halloween, la fête américaine, le Trauliicht célèbre les morts et chasse les mauvais esprits afin de permettre à tous de traverser la "mauvaise" saison en bonne santé. C’est l’occasion pour les habitants du pays de creuser des betteraves pour obtenir un visage effrayant et d’y insérer une bougie que l’on allume le soir venu. Ces Trauliicht, lanternes joliment effrayantes, sont ensuite installées devant les portes des maisons, aux fenêtres et même dans les cimetières.

Afin de perpétuer cette tradition luxembourgeoise, le Tourist Center Robbesscheier de Munshausen dans les Ardennes, organise annuellement les semaines du Trauliicht à la fin octobre ainsi que la journée du Trauliicht pour "chasser les fantômes". Cette année l’évènement a lieu du 22 octobre au 4 novembre 2016 et la journée du Trauliicht, le 29 octobre. Des animations autour des lanternes, des ateliers et une restauration sont prévus.

Un peu d’histoire...

La fête appelée communément Halloween et célébrée le 31 octobre, la veille de la Toussaint, est en réalité une coutume qui remonte au XIXe siècle. Elle tire ses origines d’anciennes fêtes celtes – datant d’il y a plus de 2.500 ans! – célébrant la nouvelle année et les esprits des défunts. Au départ, ce sont des navets qui étaient creusés, mais les citrouilles les ont remplacé à la fin du XIXe siècle lorsque les Américains se sont emparés de la tradition car elles sont plus pratiques à découper.

Au Grand-Duché, dans la région des Ardennes luxembourgeoises, la tradition portait jadis le nom de d’Trauliicht brennen et se traduisait par la sculpture de betteraves par les jeunes garçons des villages qui voulaient faire peur aux jeunes demoiselles. Aujourd’hui, la tradition perdure dans le pays, ce sont toujours des betteraves qui sont creusées mais le but est maintenant de chasser les esprits et non plus d’apeurer les jeunes filles! 

(Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 02-11-2016