Produits du terroir

Les vendanges font parler d’elles

2016 s’annonce très bien, malgré quelques soucis.

Un début de saison qui a fait craindre le pire

Rare sont les arts et métiers de la gastronomie qui sont aussi dépendants de la météo que la viti- et la viniculture. Des saisons trop humides ou trop sèches peuvent rapidement ruiner un millésime, en plus de tous les autres facteurs qui interviennent dans la production du vin. Et l’année 2016 a été particulièrement difficile, à cause d’un printemps  et du début de l’été  beaucoup trop humides. Heureusement que les mois d’août et septembre ont sauvé l’affaire.

Effectivement, les vignes ont besoin d’un bon équilibre entre périodes humides et sèches, d’abord pour bien développer les grappes, ensuite pour que les raisins mûrissent sous des conditions idéales. Malheureusement, les précipitations et les basses températures des mois de juin et juillet avaient fait craindre des pertes considérables à cause d’une humidité beaucoup trop élevée et d’un manque de soleil. C’est surtout le mildiou, champignon qui adore la pluie, qui semait la terreur parmi les viticulteurs pendant ces mois d'été.

Vers une "happy end" succulente

Quelques résultats provisoires de moûts pour la récolte 2016
Cépage Moyenne °Oechsle Moyenne acidité [g/l]
Rivaner 76 6,8
Chardonnay

84

9,4
Pinot gris 90 7,6
Pinot noir 90 8,2
Riesling 81 10,9
Gewürztraminer 91 5,8

Cependant, les mois d’août et de septembre ont gâté les vignobles, en les plongeant dans un soleil radieux, qui a fait mûrir les raisins sous des conditions idéales. Ainsi, l’Institut vini-viticole se réjouit du fait que les moûts issus des vendanges 2016 ont un degré élevé en Oechsle par rapport aux autres années, ce qui équivaut à une densité plus élevée du moût et donc, aussi, à une teneur en sucres élevée. En conséquence, le taux d’acidité est plus bas — un vin doux et succulent nous attend donc au marché des vins à Grevenmacher en 2017!

Seul bémol des vendanges 2016: les pluies incessantes en début de saison, seulement 85.000 hectolitres ont été vendangés, face aux 120.000hl possibles lors d'une année aux conditions idéales.

"Même s’il est encore trop tôt pour se faire une opinion définitive sur le millésime 2016, les prémisses sont très bonnes pour avoir un millésime magnifique" a précisé André Mehlen, Chef de service du contrôle des vins à l’Institut vini-viticole. Ce qui s’est d’ailleurs déjà annoncé avec un Fiederwäissen exceptionnel en octobre 2016.

(Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu

  • Mis à jour le 05-12-2016