Mobilité

Combien de temps par an passent les Luxembourgeois dans les bouchons?

Avec 33 heures dans les bouchons, Luxembourg-Ville se place à la 134e position mondiale sur plus de 1.000 villes analysées.

22-bouchonSelon une étude récemment publiée par la société américaine Inrix, les automobilistes circulant dans la ville de Luxembourg ont passé, en moyenne, 33 heures dans des bouchons durant l’année 2016. Avec ce résultat Luxembourg-Ville se place en 134e position. Esch-sur-Alzette, autre ville luxembourgeoise considérée par l’étude, fait meilleure figure avec seulement 21 heures passées dans les bouchons. Elle obtient la 350e place dans le classement.

Pour établir son classement, Inrix a procédé à l’analyse de la situation du trafic routier de 1.064 villes dans 38 pays différents. Inrix a accumulé 500 terabytes de données provenant de 300 millions de sources différentes, couvrant 8 millions de kilomètres de routes.

La concurrence internationale

Comparé aux métropoles qui se trouvent en tête du classement, le cliché de la ville de Luxembourg comme capitale congestionnée par des bouchons doit être relativisé. En effet, en comparaison les habitants de la ville de Los Angeles ont passé 104,1 heures dans les bouchons, ceux de Moscou 91,4 heures et ceux de New York 89,4 heures.

En Europe, le classement est dominé par les grandes villes de Russie. Pour autant, les métropoles de l’Europe de l’ouest ne sont pas épargnées par les encombrements de la circulation. À Londres on passe en moyenne 73,4 heures dans les bouchons, à Paris ce sont 65,3 heures de perdues.

Globalement, les villes à proximité du Luxembourg ont obtenu un meilleur score que notre capitale. La ville de Metz ne se retrouve qu’au 944e rang avec 6,6 heures de bouchons. Thionville est à la 724e position avec 10,3 heures d’embouteillages par an et Saarlouis est 669e avec 11,4 heures heures de bouchon.

Deux facteurs principaux peuvent expliquer cet écart entre la ville de Luxembourg et les exemples précités. D’une part, la capitale luxembourgeoise a un taux élevé de voitures par ménage et d’autre part, plus que la moitié des employés au Luxembourg sont des frontaliers qui eux aussi ont besoin d’un moyen de transport. Compte tenu de la situation particulière au Luxembourg le gouvernement investi dans l’amélioration et l’extension des transports publics (exemples: le projet tram ou la ‘carsharing-app’).

 

(Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 24-02-2017