Industrie aérospatiale

SES lance son 1er satellite à l’aide d’une fusée réutilisable

La société SpaceX, d’Elon Musk, a mis en place une technologie qui réduit les coûts de lancement.

04-sesLe 30 mars 2017, la fusée Falcon 9 de la société SpaceX a été lancée depuis Cape Canaveral aux Etats-Unis avec, à bord, le satellite SES-10 du plus grand opérateur de satellites au monde, la société luxembourgeoise SES. La collaboration entre dans les annales comme première mise en orbite d’un satellite avec une fusée récupérable.

La collaboration entre SES et Space X, la société de l’entrepreneur Elon Musk – qui est également propriétaire du producteur de voitures électriques Tesla – inaugure une nouvelle ère du vol spatial. Avant cette date, le lancement d’une fusée Ariane coûtait environ 200 millions de dollars. Avec la nouvelle technologie, les coûts de lancement peuvent être limités à 60 millions par lancement. Selon le communiqué de presse de SES, la nouvelle technologie permet d’investir davantage de ressources et de fonds dans de nouvelles innovations qui marqueront l’industrie de l’espace pendant les décennies à venir.

La fusée Falcon 9 a en effet été conçue de sorte à atterrir sur une plateforme en pleine mer ou sur terre une fois utilisée. Pour ce faire, le premier étage de la fusée est doté de moteurs en rétrofusée qui ralentissent et guident sa descente jusqu’à l’atterrissage. En théorie, une fusée Falcon 9 peut être réutilisée une centaine de fois.

Le satellite SES-10 a donc été lancé avec succès et a pu entrer en service 32 minutes après son lancement. Dès lors, il contribue à élargir l’accès à la télévision, à l’Internet et au réseau mobile dans toute l’Amérique latine.


(Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 26-04-2017