Emploi et travail

Prédictions sur la croissance des frontaliers d’ici 40 ans

La Fondation Idea a publié ses analyses sur la situation des travailleurs frontaliers d’ici 2060.

gr-fr-198577Aujourd’hui, la force de travail frontalière est essentielle à l’économie luxembourgeoise. Elle représente actuellement 43% de l’emploi total sur le territoire et concerne quelques 170.000 frontaliers, essentiellement venus de Belgique, France et Allemagne.

Deux scénarios possibles...

Les différents plans prévoient entre 224.000 et 429.000 frontaliers d’ici une quarantaine d’années. Des chiffres très différents, dûs aux deux hypothèses démographiques à propos du Grand-Duché, élaborées par Eurostat.

En effet l’une d’elle, Europop2013, suppose que le Luxembourg atteigne plus d’1 millions d’habitants en 2060. L’autre, Europop2015, suppose que la population ne dépasse pas plus de 995.000 habitants à cette date.

Un écart de population qui semble léger et qui pourtant, selon la Fondation Idea, pourrait changer beaucoup de choses dans l’économie du pays, notamment concernant le travail des frontaliers. Ainsi, selon la fondation, le nombre de travailleurs frontaliers nécessaires à une croissance économique qualitative du pays serait moindre que dans l’objectif d’une croissance quantitative. Pour arriver à cette conclusion – qui ne "constitue pas une prévision de ce qui se produira en 2060 mais projette de façon cohérente les évolutions possibles de se réaliser dans le futur", comme le souligne la fondation – l’analyse se base également sur une variation de la migration, de la natalité et de la productivité, qui auraient une conséquence sur le nombre de frontaliers et par conséquent sur l’emploi dans son ensemble.

Le but de cette analyse est de mettre les décideurs politiques face à cette réalité propre au Luxembourg afin qu’ils prennent en compte les frontaliers dans leurs choix stratégiques en termes d’économie mais aussi de finances et d’environnement. Pour exemple, la Fondation Idea cite la non prise en compte de ces travailleurs dans l’étude de la Troisième révolution industrielle de Rifkin, qui aurait sans doute eu un impact sur les différentes hypothèses d’évolution alors abordées.

 

 (Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 18-05-2017