Coopération au développement

Aide publique au développement: le Luxembourg est généreux

En 2016, le Grand-Duché a consacré 1,02% de son RNB (revenu national brut) à l’APD (aide publique au développement).

30-enfants-cooperationLa politique du gouvernement luxembourgeois en matière de coopération au développement est claire: elle met un point d’honneur à respecter l’engagement pris en 1970 au sein de l’assemblée générale des Nations Unies, à savoir consacrer au minimum 0,70% de son revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement (APD).

Un accord solidaire tenu

L’engagement est clairement respecté depuis l’an 2000 et accentué depuis 2009, conformément à l’engagement pris dans le programme gouvernemental pour la période 2013-2018, puisque l’APD atteint désormais 1% du RNB du Luxembourg. L’aide publique au développement a même dépassé les 1% en 2016 (1,02%) plaçant le Luxembourg à la deuxième place des pays les plus généreux au monde en termes de coopération en faveur du développement.

En 2015, le Grand-Duché a consacré plus de 320 millions d’euros pour l’APD, 13,08% ont été alloués aux trois phases de l’aide humanitaire: l’urgence, la transition et la prévention et les ONG agréés en ont géré près de 20%.

"Le Luxembourg est très respecté, au niveau international, pour sa politique de coopération au développement et d’actions humanitaires", souligne Romain Schneider

Contributeur bienveillant et réaliste

Le pays entretient des relations avec plus de 16 pays différents dont 5 pays africains, 5 pays asiatiques, 2 pays d’Amérique centrale et un pays des Balkans. Certains sont ce que l’on nomme des PIC, programmes indicatifs de coopération (auxquels une enveloppe budgétaire annuelle de 10 millions d’euros par programme est allouée), d’autres sont des pays à projets et certains bénéficient d’un statut particulier, comme l’Afghanistan par exemple.

Les secteurs visés pour l’octroi des aides du Luxembourg sont identifiés et ciblés. Il s’agit de la formation, l’éducation, la santé, le développement local et rural, la finance inclusive, les TIC et les énergies renouvelables. 

Actuellement, deux projets se démarquent:

  • le développement des TIC au Burkina Faso, qui va aider les administrations du pays et les citoyens, qui permet aussi à SES (entreprise luxembourgeoise) d’apporter son aide et de rayonner davantage au-delà de nos frontières.
  • le projet ciblant l’agriculture au Malivisant à améliorer les conditions de la majorité de la population qui vit en milieu rural.

A ce jour, le rapport 2016 sur la politique de coopération n’est pas disponible, vous pouvez néanmoins consulter celui de 2015 ici: rapport sur la coopération luxembourgeoise au développement 2015. Ainsi que le plan d’action pour l’efficacité du développement 2014-2016.

 

 (Article rédigé par l’équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu) 

  • Mis à jour le 17-07-2017