Sciences

Camilla Hurst: "Réagir maintenant pour contrôler la transmission de bactéries" - Interview

Camilla Hurst, jeune scientifique luxembourgeoise.

En 2015, Camilla Hurst a remporté le concours national luxembourgeois Jonk Fuerscher. En cette même année elle gagne le premier prix du concours de sciences international CASTIC (China Adolescents' Science and Technology Innovation Contest) à Shanghai.31-hurst-itw

Depuis, la jeune scientifique luxembourgeoise enchaîne les succès. En 2016, elle est à nouveau grande vainqueure du Concours national luxembourgeois Jonk Fuerscher. En juillet 2016, elle a en outre été distinguée par la médaille Georges Charpak à l’Expo Sciences Europe à Toulouse. 

Le 20 mai dernier, Camilla Hurst a décroché le 4e prix dans sa catégorie The Role of Materials and Surfaces in the Transmission of Bacteria in Public Places à l’International Science and Engineering Fair à Los Angeles. Il s'agit du concours scientifique pré-universitaire le plus prestigieux du monde.

L'équipe de luxembourg.lu a posé trois questions à la jeune scientifique Camilla Hurst.

Comment est venue l’idée de faire des recherches sur les bactéries?

J'ai commencé mes recherches il y a trois ans, lors de l'épidémie d’Ebola. J'étais intéressée au sujet de comment les virus peuvent se transmettre de personne en personne si vite, avec des conséquences très graves. Cette année, dans ma recherche, j’étais surtout stimulée par l’aspect de la résistance croissante des bactéries à des traitements antimicrobiennes, due à la surexploitation  des antibiotiques.  La plupart des bactéries sont transmises de personne en personne. C'est pour cela que j'ai essayé de trouver des façons pour réduire cette transmission, et donc pour empêcher le développement de bactéries encore plus résistantes. 

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis votre découverte d’une nouvelle bactérie? 

Depuis que j'ai gagné le concours Jonk Fuerscher l'année dernière, j'ai eu la possibilité de participer à d'autres expositions et concours scientifiques, à Toulouse et à Shanghai en Chine. J'ai pu discuter mon projet avec d'autres jeunes scientifiques et des spécialistes. J'ai eu aussi, surtout en Chine, la possibilité de découvrir une culture très différente de la nôtre. Ce type d’expérience se reproduira cette année quand je participerai à la compétition Intel Isef à Los Angeles, qui est mon prix remporté au concours Jonk Fuerscher de cette année.

Quels sont vos futurs projets (scientifiques) et vos buts?

Dans le futur, pour mon projet, j’envisage de continuer à rechercher des solutions plus efficaces pour réduire les bactéries d'une façon naturelle. Je voudrais aussi faire connaître les résultats de mes recherches et les solutions proposées pour que nous puissions réagir maintenant pour contrôler la transmission de bactéries, et donc pour prévenir le développement de nouvelles bactéries résistantes.

(L'équipe rédactionnelle de luxembourg.lu a réalisé l'interview avec Camilla Hurst peu avant ses prestations à Los Angeles)

  • Mis à jour le 07-06-2017