Etude

Transparency International cite le Luxembourg comme un des pays les moins corrompus au monde

Un résultat à mettre notamment sur le compte de la sécurité et de la liberté d’expression qui prévalent dans le pays.

23-transparencyL'organisation anti-corruption, Transparency International, qui a son siège à Berlin, publie chaque année un classement mondial de la perception de la corruption dans 180 pays, sur une échelle allant de 0 (le plus corrompu) à 100 (non corrompu). Avec un taux qui s’élève à 82 points, le Luxembourg se positionne 8e au classement des pays les moins corrompus au monde en 2017. Le pays améliore ainsi son score d’un point par rapport à l’année dernière.

Premier du classement est la Nouvelle-Zélande (89), suivie du Danemark (88), de la Finlande, de la Norvège et de la Suisse (toutes les trois affichent un score de 85 points). Du côté des pays voisins, la France arrive 23e au classement avec 70 points, la Belgique 16e (ex aequo avec les Etats Unis) avec 75 points. Quant à l'Allemagne, elle, se trouve à la 12e place avec 81 points

Plus de liberté, moins de corruption

L’étude démontre que les démocraties comme le Grand-Duché, où la sécurité, la liberté d’expression et la liberté de la presse sont garanties, connaissent une corruption peu importante. De plus, dans un Etat de droit et transparent de surcroit, les risques de fraude - aussi bien du côté des dirigeants que du côté des citoyens - sont nettement limités

Une moyenne mondiale de 43 points

Environ deux tiers des 180 pays sondés affichent un score de 50 points ou moins, montrant que la lutte anti-corruption est plus que jamais une nécessité. La moyenne mondiale se situe à 43 points. La faible progression de certains pays, notamment ceux de l’Afrique subsaharienne et de l’Asie, témoigne du manque d’efforts fourni par les différents gouvernements. Au bas du classement, on retrouve la Syrie (14), le Soudan du Sud (12), et la Somalie (9) qui finit 180e

Le “Corruption Perceptions Index“, comme se nomme l’étude de Transparency International est rendue possible chaque année grâce à la collaboration avec des experts d'organisations de renom telles que la Banque mondiale, la Banque africaine de développement ou encore la Fondation allemande Bertelsmann

(article rédigé par l'équipe rédactionnelle du portail luxembourg.lu)

  • Mis à jour le 23-02-2018