Coopération et action humanitaire

Il fait bon de voir le jour au Grand-Duché

Le taux de mortalité néonatale au Pakistan s’élève à 45,6 enfants sur 1.000 contre 1,5 sur 1.000 au Luxembourg.

28-unicefChaque année, 2,6 millions de bébés meurent avant l’âge d’un mois. Un million d’entre eux rendent leur dernier souffle le jour même de leur naissance. C’est ce qu’affirme la directrice générale de l’UNICEF, Henrietta H. Fore.

Dans le nouveau rapport sur la mortalité néonatale de l’organisation internationale qu’elle chapeaute, le nombre de décès de nouveau-nés à l’échelle mondiale reste alarmant, en particulier dans les pays pauvres. Cependant, les bébés nés dans les pays les plus sûrs ont jusqu’à 50 fois moins de risques de mourir au cours du premier mois de leur vie.

Comme au Luxembourg par exemple, où le risque de mort prématurée des nourrissons est très réduit. Seul un enfant sur 667 décéderait dans son premier mois de vie au Grand-Duché, selon le rapport de l’UNICEF. Avec un des taux de mortalité néonatale les plus faibles, le Luxembourg se situe au 8e rang parmi tous les pays analysés. Ce sont les bébés nés au Japon, en Islande et à Singapour qui ont le plus de chances de survie.

Au Pakistan le risque de mortalité est le plus élevé

Même si ces dernières décennies, le nombre de décès d’enfants âgés de 1 mois à 5 ans a considérablement diminué, 7.000 nouveau-nés (ceux âgés de moins d’un mois) meurent encore chaque jour. Or, ce sont les bébés nés au Japon qui sont le plus susceptible de rester en vie: seul un sur 1.000 mourra dans les 28 premiers jours de vie.

En revanche, les enfants nés au Pakistan courent plus de risques que les autres: sur 1.000 bébés qui voient le jour dans ce pays, 46 ne survivront pas un mois, soit presque un nouveau-né sur 20. 8 des 10 pays où il est le plus dangereux de naître se trouvent en Afrique subsaharienne.

Les causes de mortalité principales

Plus de 80% des décès de nouveau-nés sont dus à un accouchement prématuré, à des complications pendant le travail et l’accouchement et à des infections telles que les septicémies, les méningites et les pneumonies, selon le rapport. Ainsi, des milliers de nourrissons ne bénéficient pas de l’assistance vitale dont ils ont besoin pour survivre en raison d’un manque de personnel qualifié (infirmiers, sages-femmes, médecins).

 (Source:  Rapport Unicef 2018 - Every child alive) 

  • Mis à jour le 28-02-2018