English version |     | Recherche avancée
Imprimer cette page | Envoyer cette page par e-mail

Production cinématographique


Le Luxembourg a su trouver sa place dans la production audiovisuelle mondiale si l’on en croit les nombreux prix obtenus dans les grands festivals internationaux par les cinéastes luxembourgeois. Dans tous ceci, le secteur de l'animation a connu un succès particulièrement riche. En 2014, le film d'animation court Mr. Hublot a remporté le premier Oscar pour le Luxembourg. Et Ernest et Célestine a remporté entre autre un Magritte et un César!

Les années 1980

Thierry van Verweke dans "Back in Trouble" ,
ZoomThierry van Werveke dans "Back in Trouble"

Il a fallu attendre la fin des années 1980 pour voir se développer un vrai site de production cinématographique au Luxembourg, soutenu par l’Etat et reconnu à l’étranger.

Les années 1980 voient quelques tentatives intéressantes de longs métrages, qui rencontrent un vif succès auprès du public, dont Déi zwee vum Bierg (1984) sur l’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale, et De falschen Hond (1989). En 1987, Andy Bausch réalise Troublemaker, une comédie policière qui devient immédiatement très populaire et fera du jeune acteur Thierry van Werveke (1958 - 2009) une star nationale.

1989 est une année charnière pour le cinéma luxembourgeois. Le gouvernement décide pour la première fois d’investir dans la production d’un film, Schacko Klak, réalisé par Paul Kieffer et Frank Hoffmann, d’après le roman luxembourgeois de Roger Manderscheid. De cette expérience, le gouvernement et les producteurs tirent la conclusion qu’il devient temps de professionnaliser les structures de production et de développer le secteur audiovisuel. Plusieurs mécanismes et aides financières visant à attirer des productions internationales au Luxembourg sont mis en place. Une conséquence immédiate est l’établissement sur place de jeunes producteurs et réalisateurs luxembourgeois et une professionnalisation progressive du métier.

Les années 1990

Tournage du film "Villa des roses" ,
ZoomTournage du film "Villa des roses"

Au cours des années 1990, le cinéma luxembourgeois va connaître une évolution extrêmement rapide. Avec un marché national relativement restreint, la plupart des sociétés commencent à se concentrer sur les coproductions avec l’étranger.

Depuis 1988, plus de 250 films (tous genres confondus) ont été réalisés au Luxembourg par des producteurs nationaux grâce aux différentes possibilités de soutien financier. Une quinzaine de longs métrages sont actuellement tournés chaque année au Luxembourg, presque tous en coproduction avec des sociétés étrangères.

Depuis les années 1990, les coproductions avec des sociétés étrangères ont attiré à des intervalles réguliers des stars du grand écran au Luxembourg. John Malkovich, Nathalie Baye, Nicolas Cage, Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Philippe Noiret, Patrick Swayze, Joseph Fiennes, Jeremy Irons, Al Pacino, Marianne Faithfull, Scarlett Johannsen, Demi Moore, Michael Caine, Emmanuelle Devos, Isabelle Huppert ou encore Colin Firth ont ainsi déjà exercé leur talent sur le sol luxembourgeois. Peter Greenaway a tourné plusieurs de ses films au Luxembourg, dont The Pillow Book et 8 ½ Women.

Et aujourd'hui?

Affiche du film "Ernest et Célestine" ,
ZoomAffiche du film "Ernest et Célestine"

Des coproductions luxembourgeoises sont régulièrement présentes dans les festivals internationaux, comme Une liaison pornographique de Frédéric Fonteyne en 1997, J'ai toujours voulu être une sainte de Geneviève Mersch (2003), Girl with a Pearl Earring de Peter Webber (2003), Irina Palm de Sam Gabarski (2007) ou encore Hannah Arendt (2012) de Margarethe von Trotta. Certaines de ces coproductions remportent des prix prestigieux.

Le secteur de l'animation a connu une éclosion semblable à celle du secteur de la production cinématographique. Le fait que deux coproductions luxembourgeoises, Ernest et Célestine (Studio 352) et Mr. Hublot (Zeilt Productions), ont été nominées à la 86e édition des Oscars en 2014, illustre quel bel parcours le secteur de l'animation a fait au Grand-Duché de Luxembourg. Et... Mr. Hublot a remporté le premier Oscar pour le Luxembourg. Par ailleurs, Ernest et Célestine est sorti meilleur film des Magritte du cinéma 2014 et a remporté le prix du meilleur film d'animation aux Césars 2013.

L’industrie nationale de production audiovisuelle compte près de 600 personnes vivant de leur métier au Luxembourg, dont près de vingt réalisateurs, ainsi que des producteurs, artistes, techniciens… Il existe aujourd’hui une vingtaine de sociétés de production dont une demi-douzaine produit régulièrement des longs métrages, des studios d’animation ainsi qu’une trentaine de société de services spécialisées.


 

Sites de reference

 

Multimedia: arts et culture

"Im Anfang war der Blick"

Découvrez le cinéma luxembourgeois aussi à travers notre présentation multimédia!

 

A lire

A propos de la production audiovisuelle

 

Informations utiles