English version |     | Recherche avancée
Imprimer cette page | Envoyer cette page par e-mail

Littérature et écrivains luxembourgeois


Le Luxembourg a un passé littéraire plutôt récent. Le début des années 1980 est souvent considéré comme le véritable avènement de la littérature luxembourgeoise contemporaine.

Le public découvre alors de nouvelles voix tels que Lambert Schlechter, Jean Portante, Michèle Thoma, Nico Helminger ou Georges Hausemer, tandis que les auteurs déjà établis cherchent d’autres modes d’expression. L’être humain dans son environnement social devient la thématique centrale des œuvres datant de cette période.

L’année 1985 constitue, avec la parution de Hannert dem Atlantik, du premier roman en luxembourgeois de Guy Rewenig, le renouveau du roman en langue luxembourgeoise, et marque ainsi une étape importante de l’histoire récente de la littérature nationale.

Les écrivains Mambourg, Manderscheid et Schlechter (de g. à dr.) ,
ZoomLes écrivains Mambourg, Manderscheid et Schlechter

A Rewenig succède dès 1988 Roger Manderscheid avec une trilogie majeure, constituée des romans schacko klak, de papagei um käschtebam et feier a flam. Dès la fin des années 1980, les livres en luxembourgeois connaissent un grand succès auprès du public et atteignent des chiffres de vente astronomiques, compte tenu des débouchés limités du marché luxembourgeois. D’autres épopées en lëtzebuergesch sont publiées dans la décennie suivante par des auteurs comme Nico Helminger, Jhemp Hoscheit ou Josy Braun.

Cette période est également celle de la renaissance de la littérature francophone au Luxembourg, dont les principaux représentants sont Edmond Dune, Jean Portante, Anise Koltz, Lambert Schlechter, Rosemarie Kieffer, José Ensch, Jean Sorrente, Félix Molitor ou encore Danielle Hoffelt.

Il en va de même pour la jeune littérature luxembourgeoise d’expression allemande qui cherche à s’intégrer aux courants qui dominent le monde germanophone. Des noms comme Jean Krier, Roland Harsch, Pit Hoerold ou Guy Helminger deviennent les garants d’une qualité littéraire élevée.

De jeunes femmes écrivains tels que Linda Graf et surtout Claudine Muno sont des dignes représentantes de cette nouvelle et prometteuse génération d’auteurs.

Littérature pour enfants

Un genre particulièrement apprécié au Luxembourg est la littérature pour enfants en luxembourgeois. Guy Rewenig s’est illustré en tant que pionnier de la littérature pour enfants en luxembourgeois avec la parution de son recueil d’histoires Muschkilusch en 1990.

D’autres auteurs à succès tels que Roger Manderscheid et Jhemp Hoscheit se sont également essayés à l’écriture de livres pour enfants et adolescents, un essai concluant compte tenu des chiffres de vente parfois exceptionnels.

Depuis 2001, le Centre national de littérature à Mersch, en collaboration avec l'initiative "Freed um Liesen" organise chaque année, pendant une semaine de janvier, une version luxembourgeoise de la KIBUM, la "Kinder- und Jugendbuchmesse" en accueillant au CNL à Mersch quelques miliers de livres pour enfants et pour jeunes en langue allemande.

La bande dessinée

Dans le domaine de la BD, Deemols (Autrefois) de Marc Angel est consacrée à l’histoire grand-ducale. Andy Geenen a mis en BD une fiction sur Jean l'Aveugle: De leschte Ritter (Le dernier chevalier).

Le grand classique de la BD luxembourgeoise est sans doute la série De Superjhemp. Les auteurs Lucien Czuga et Roger Leiner y racontent les aventures rocambolesques d’un Superman bien luxembourgeois… . Des classiques de la BD comme Astérix ou Tintin, ont été adaptés en langue luxembourgeoise.

La BD est à l’honneur chaque année au mois de juillet lors du Festival international de la bande dessinée de Contern.

 

Sites de reference

 

Multimedia: arts et culture

"Im Anfang war der Blick"

Découvrez la littérature luxembourgeoise aussi à travers notre présentation multimédia!

 

A lire

Apropos de la littérature au Luxembourg