L'apparition du Grand-Duché dans sa forme actuelle (1839)

Sur le papier, le Luxembourg devient en 1815 un Etat distinct des Pays-Bas. Dans la réalité cependant, Guillaume Ier ne fait pas de distinction. Il gouverne le Grand-Duché comme s’il s’agissait de la 18e province de son royaume.

La Loi fondamentale hollandaise est étendue au Luxembourg, des députés luxembourgeois siègent dans les institutions hollandaises et le néerlandais est enseigné à l’école. Les Luxembourgeois ne s’y opposent pas, mais la politique économique et surtout fiscale du régime hollandais suscite un mécontentement grandissant parmi la population.

Aussi n’est-il pas étonnant que lorsque la Révolution belge éclate en 1830, les habitants du Grand-Duché se joignent aux insurgés belges. Bon nombre de volontaires luxembourgeois partent à Bruxelles s’engager dans l’armée des patriotes. Après la proclamation de l’indépendance de la Belgique le 4 octobre 1830, plusieurs représentants luxembourgeois siègent dans l’assemblée constituante, puis dans les institutions du jeune Etat belge. Seule la capitale du Grand-Duché reste sous contrôle hollandais, car protégée par la garnison prussienne.

Les grandes puissances, qui ont hâte d’éteindre le foyer révolutionnaire, décident de séparer Belges et Néerlandais en créant le royaume de Belgique, tout en partageant le Grand-Duché de Luxembourg entre les deux antagonistes (traité des XXIV articles du 14 octobre 1831). Le Parlement belge accepte, Guillaume Ier refuse.

Pendant huit ans, le Grand-Duché va continuer à vivre sous une double administration: le pouvoir orangiste est limité à la ville-forteresse, tandis que le reste du pays demeure sous autorité belge.

Finalement, Guillaume Ier se rallie à la décision des grandes puissances. Le traité de Londres du 28 avril 1839 impose le partage. Il y a désormais deux Luxembourg:

  • le Grand-Duché de Luxembourg qui demeure sous la souveraineté des Orange-Nassau,
  • et le Luxembourg belge qui forme une province de la Belgique.

La ligne de démarcation suit plus ou moins la frontière linguistique, sauf dans la région d’Arlon. Le traité de 1839 délimite les frontières du Grand-Duché, qui n’ont plus changé depuis.

(Source: A propos... Histoire du Grand-Duché de Luxembourg)

  • Mis à jour le 07-04-2015