Aide publique au développement (APD)

Depuis 2009, le Luxembourg se situe parmi les pays les plus actifs dans le domaine de l'aide publique au développement, octroyant 1% de son RNB à la coopération.

Depuis l’adhésion du Luxembourg au Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE en 1992, la politique de coopération au développement luxembourgeoise a connu une évolution substantielle aussi bien pour ce qui est des fonds mis à sa disposition que de ses aspects organisationnels et qualitatifs.

Le volume de l’aide publique au développement (APD) a connu ces dernières années une augmentation régulière et substantielle. La résolution 2626, adoptée le 24 mars 1970 par les Nations unies, recommande en effet aux états de consacrer 0,7% du revenu national brut (RNB) à la coopération avec les pays en développement.

Le Luxembourg s'est engagé à consacrer même plus que ces 0,7% du revenu national brut à la coopération au développement.

Le pays compte ainsi parmi les rares pays à respecter les engagements pris par les ministres européens en mai 2005, sous présidence luxembourgeoise, en matière de niveaux d'APD à atteindre en 2010 (0,56%) et en 2015 (0,70%).

C'est en 2000 que le Luxembourg a atteint le seuil de 0,7% du revenu national brut consacré à l'aide publique au développement.

Depuis 2009, le Luxembourg se situe parmi les pays les plus actifs dans le domaine, octroyant 1% de son RNB à la coopération.

Le tableau ci-dessous illustre la constante augmentation de l’aide publique au développement du Luxembourg:

(Source: rapport annuel 2013 de la coopération luxembourgeoise au développement)

  • Mis à jour le 28-02-2018