Fêtes et traditions

L'épiphane est une fête chrétienne célébrée au Luxembourg le 6 janvier pour se souvenir de l'arrivée des rois mages auprès de l'enfant Jésus.

© Thinkstock / iStockphoto / Victoria1988
L'épiphanie est une fête chrétienne célébrée au Luxembourg le 6 janvier pour se souvenir de l'arrivée des rois mages auprès de l'enfant Jésus. Pour l'épiphanie, on achète un Dräikinnekskuch, une galette des rois faite de pâte feuilletée au frangipange. A l'intérieur du gâteau, une figurine est cachée et quiconque la trouve dans son morceau devient le roi ou la reine du jour et peut mettre la couronne qui accompagne la galette.

© Thinkstock / iStockphoto / MillefloreImages
Le 2 février, c'est le jour de la Saint-Blaise, appelé Liichtmëssdag au Luxembourg (jour de la Chandeleur)! Il s'agit d'une ancienne fête ayant pour but de porter la lumière aux foyers, après l'hiver sombre et froid.

© SIP
Des groupes d'enfants passent de porte à porte avec leurs Liichtebengelcher (baguettes allumées), des lampions en papier coloré.

© SIP
Sur leur parcours, ils chantent Léiwer Härgottsblieschen. Selon le texte, ils demandent du lard et des petits pois pour leurs efforts, quoique de nos jours ils recoivent plutôt des sucreries et de l'argent.

© SIP
Au Luxembourg, les festivités pour le Carnaval se déroulent entre Liichtmëssdag le 2 février (jour de la Chandeleur) jusqu'au Äschermëttwoch (mercredi des Cendres, début mars). C'est surtout au Fuessonndeg (dimanche de Pâques) et au Fuesméindeg (lundi de Pâques) que la majorité des bals masqués et des cavalcades ont lieu. Partout dans les villages, des bals masqués pour enfants sont organisés pendant la période du Carnaval.

© SIP / Christof Weber
Au Luxembourg, les festivités pour le Carnaval se déroulent entre Liichtmëssdag le 2 février (jour de la Chandeleur) jusqu'au Äschermëttwoch (mercredi des Cendres, début mars). C'est surtout au Fuessonndeg (dimanche de Pâques) et au Fuesméindeg (lundi de Pâques) que la majorité des bals masqués et des cavalcades ont lieu. Partout dans les villages, des bals masqués pour enfants sont organisés pendant la période du Carnaval.

© SIP / Jean-Paul Kieffer
Au Luxembourg, les festivités pour le Carnaval se déroulent entre Liichtmëssdag le 2 février (jour de la Chandeleur) jusqu'au Äschermëttwoch (mercredi des Cendres, début mars). C'est surtout au Fuessonndeg (dimanche de Pâques) et au Fuesméindeg (lundi de Pâques) que la majorité des bals masqués et des cavalcades ont lieu. Partout dans les villages, des bals masqués pour enfants sont organisés pendant la période du Carnaval.

© SIP / Jean-Paul Kieffer
Si le Carnaval se prête toujours à faire la fête, c'est aussi le temps des escapades culinaires, comme ici un des Verwurrelt Gedanken (lit.: pensées brouillées), de la pâte frite en forme de nœud.

© SIP
A Remich, le Carnaval se termine par le brûlage du Stréimännchen (bonhome de paille) sur le pont qui passe au-dessus de la Moselle.

© Administration communale de Remich
Le premier dimanche après Carnaval, vous verrez partout de grands bûchers s'embraser pour un spectacle inoubliable. C'est le Buergbrennen, tradition luxembourgeoise dont les origines remontent très lointaines.

© SIP
Le Buergbrennen a lieu le premier dimanche après Carnaval, autour de l'équinoxe de printemps.

© SIP
Les associations d'un village contribuent à entasser du bois, parfois des sapins de Noël désaffectés, en amont du Buergbrennen. Le village entier se rencontre alors, souvent accompagné de la fanfare locale, autour d'un verre de vin chaud.

© SIP
Le 4e dimanche de carême (mars/avril) a lieu le Bretzelsonndeg (dimanche de bretzels). La tradition veut qu'un homme offre une Bretzel à leur bien-aimée ce jour-là. .

© SIP / Zineb Ruppert
Si la dame l'accepte, l'homme aura un œuf de Pâques en retour. Sinon, elle lui donnera un panier vide - d'où l'expression luxembourgeoise De Kuerf kréien (être largué).

© SIP / Zineb Ruppert
Au Luxembourg, Pâques se fête avec des œufs colorés. Le soeufs symbolisent la fertilité et sont apportés par le lapin de Pâques, le Ouschterhues.

© Thinkstock / iStockphoto / scampdesigns
Les enfants se réjouissent surtout de pouvoir chercher les œufs de Pâques, des friandises et des cadeaux, que le lapin leur aurait cachés.

© Thinkstock / iStockphoto / Stockbyte
Lundi de Pâques, il y a des marchés traditionnels à Luxembourg-Ville et dans le village de Nospelt, l'Éimaischen, sur lequel on peut acheter les Péckvillercher, petits oiseaux de terre cuite qui permettent de reproduire à s’y méprendre le cri du coucou.

© SIP / Marc Schoentgen
Entre avril et octobre, les différents villages élisent leur reine du vin, qui devient l'ambassadrice des vins de cette région.

© Photo-Club "Flash" Grevenmacher / Carlo Rinnen
Les coteaux de la Moselle sont connus pour leur climat agréable et des vins et crémants riches.

© Alain Goedert / Comité des Fêtes Grevenmacher
Les festivités mobilisent les fêtards loin au-delà des confines des villages. Surtout la fête du raisins à Grevenmacher attire chaque année des foules grâce à son défilé, accompagné du vin qui est distribué.

© Photo-Club "Flash" Grevenmacher
Grevenmacher est aussi le lieu du marché aux vins, le Wäimoart, qui a lieu en avril. On y déguste le nouveau millésime et parle métier avex d'autres amateurs du vin.

© Paul Frantzen / Commission de Promotion Vins et Crémants Luxembourg
En avril ou mai a lieu le pélérinage à Notre-Dame de Luxembourg, l'Oktav. Des milliers de pélerins rejoignent la cathédrale Notre-Dame pour payer leur révérence à la Sainte Marie.

© SIP
La tradition remonte à l'année 1666, quand la Vierge Marie était élue patronne du pays pour qu'elle enraye la peste, qui faisait rage.

© SIP / Marcel Schmitz
Pour raffraîchir les pélerins, un marché s'est établi au fil des siècles sur la place Guillaume II - le Mäertchen se compose surtout de stands culinaires, mais on y achète aussi des souvenirs de son pèlerinage.

© SIP / Jean-Paul Kieffer
L'Oktav est clôturée par une procession finale, à laquelle participe aussi la famille grand-ducale.

© SIP / Jean-Paul Kieffer
En hiver 1944, pendant la bataille des Ardennes, des résidents de Wiltz s'étaient réfugiés dans des caves et promessent d'ériger un sanctuaire si jamais ils allaient se sortir sains et saufs.

© SIP / Charles Caratini
Le sanctuaire en l'honneur de Fatima est inauguré en 1952. A partir de 1968, la communauté portugaise organise un pélérinage annuel qui prend de l'ampleur. Aujourd'hui, plusieurs milliers de pélerins, à la grande majorité des Portugais, visitent le sanctuaire.

© SIP / Charles Caratini
Le 1er mai, les associations locales façonnent des couronnes de feuillage vert, appelées Meekranz. Celles-ci sont attachées à des maisons, souvent l'administration communale ou un café qui sert p.ex. de siège social ou de lieu de réunion.

© Claude Piscitelli
Le 1er mai est aussi le jour de la Fête du travail, le jour de manifestations syndicales qui servent à rassembler les militants.

© SIP / Nicolas Bouvy
Le Geenzefest (Fête de genêt) a lieu chaque lundi de Pentecôte à Wiltz. La fête met à l'honneur le genêt, arbuste à fleur jaune emblématique de la région.

© Thinkstock / iStockphoto / hemeroskopion
Les festivités s'étendent sur plusieurs jours et se terminent par un impressionnant corso du genêt.

© Fotoclub Wooltz
Le Geenzefest (Fête de genêt) a lieu chaque lundi de Pentecôte à Wiltz. La fête met à l'honneur le genêt, arbuste à fleur jaune emblématique de la région. Les festivités s'étendent sur plusieurs jours et se terminent par un impressionnant corso du genêt.

© Fotoclub Wooltz
La procession dansante d'Echternach, qui a lieu le mardi après la Pentecôte, rassemble des milliers de participants et de spectateurs dans la petite ville au bord de la Sûre.

© SIP / Géry Oth
La procession dansante a ses origines au VIIIe siècle, quand le missionnaire Saint Willibrord fut appelé pour guérir la maladie de Saint Guy - Echternach devint un lieu de pèlerinage.

© ORT Mullerthal - Petite Suisse Luxembourgeoise / Alain Muller
Des douzaines de groupes sautillent à travers les rues d'Echternach, aux sons de groupes musicaux. Deux pas à gauche, deux pas à droite - voilà comment on avance depuis le point de départ jusqu'à la basilique St Willibrord.

© SIP / Géry Oth
Cette tradition luxembourgeoise est inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco depuis 2010.

© SIP
Le 23 juin, le Luxembourg célèbre sa fête nationale, appelé Groussherzogsgebuertsdag, anniversaire du Grand-Duc. Malgré ce nom, cette date n'est pas la date d'anniversaire effective du Grand-Duc - elle avait été choisie sous le règne de la Grande-Duchesse Charlotte.

© SIP / Charles Caratini
Les festivités commencent le 22 juin avec la relève solennelle de la garde devant le palais grand-ducal.

© SIP / Charles Caratini
Le même jour, le coupe grand-ducal se déplace dans une localité au Luxembourg pour rendre visite à la population.

© Cour grand-ducale / Claude Piscitelli
Le couple grand-ducal héritier, quant à lui, visite Esch-sur-Alzette et se mêle à la foule.

© SIP / Jean-Christophe Verhaegen
La retraite aux flambeaux est un moment mémorable de la veille de la Fête nationale: des douzaines d'associations et de groupes folkloriques défilent dans la Ville de Luxembourg, en présence de la famille grand-ducale.

© SIP / Charles Caratini
La soirée culmine dans les feux d'artifice - partout dans le pays, des pièces d'artifice illuminent le ciel. Celui à Luxembourg-Ville est particulièrement spectaculaire et est visible bien au-delà des limites de la ville.

© SIP / Charles Caratini
La soirée culmine dans les feux d'artifice - partout dans le pays, des pièces d'artifice illuminent le ciel. Celui à Luxembourg-Ville est particulièrement spectaculaire et est visible bien au-delà des limites de la ville.

© SIP / Charles Caratini
Le 23 juin a lieu la cérémonie civile, en présence des membres du gouvernement, du Grand-Duc et des membres de la société civile.

© SIP / Luc Deflorenne
Avant midi, c'est la traditionnelle prise d'armes dans l'Avenue de la Liberté, qui attire chaque année des milliers de spectateurs. Outre l'armée, la police grand-ducale ainsi que les services de sauvetage défilent sous les yeux du Grand-Duc.

© SIP / Emmanuel Claude
Plus tard dans la journée, le Te Deum a lieu dans la cathédrale Notre-Dame en présence de la famille grand-ducale. Il s'agit là d'une cérémonie religieuse qui clôture les festivités publiques de la Fête nationale.

© SIP / Jean-Christophe Verhaegen
Fin août, c'est le temps de la Schueberfouer, la plus grande fête foraine en Europe. Elle a lieu sur le Glacis, un vaste espace entre le centre-ville et le faubourg du Limpertsberg.

© SIP
Elle existe depuis 1340 et attire chaque année quelque 2 millions de curieux.

© SIP / Jean-Paul Kieffer
La Schueberfouer (ou Fouer tout court) est ouverte traditionnellement par un troupeau de moutons accompagné d'une fanfare qui joue le fameux Hämmelsmarsch (marche des moutons).

© Laurent Schwaller (www.schueberfouer.lu)
Entre manèges, loteries et stands culinaires, des jeunes et des moins jeunes s'amusent au son de cris et de musique.

© Laurent Schwaller (www.schueberfouer.lu)
Tandis que les plus grands préfèrent des jeux toujours plus rapides, les petits vont pêcher des canards ou font un tour sur l'un des caroussels.

© Laurent Schwaller (www.schueberfouer.lu)
Parmi les spécialités culinaires à ne pas rater sont le Fouerfësch, un merlan cuit dans de la levure de bière, ainsi des galettes de pomme de terre, les Gromperekichelcher.

© SIP / Jean-Christophe Verhaegen
Le spectacle prend une autre ampleur dès le coucher du soleil, quand des milliers de lumières plongent le Glacis dans un air festif.

© Laurent Schwaller (www.schueberfouer.lu)
La Toussaint est la fête de tous les saints dans la tradition catholique. À cette occasion, croyants et non-croyants se rassemblent aux cimetières pour commémorer leurs proches défunts. Cette pratique s'accompagne le plus souvent d'une cérémonie religieuse et d'une bénédiction des tombes.

© Roger Nilles / cathol.lu
Dans un esprit plus folklorique et plus joyeux, le "Trauliicht" (une betterave à sucre creusée, ornée et éclarée par une bougie) est censé protéger contre les esprits malfaisants. Cette tradition, courante au nord du pays jusqu'aux années 1970, a récemment connu une renaissance avec l'essor de Halloween (qui n'est rien d'autre que la version anglo-irlandaise du "Trauliicht").

© Tourist Center ASBL
Le 6 décembre, c'est le jour du Saint Nicolas. En luxembourgeois, on l'appelle Kleeschen.

© SIP / Zineb Ruppert
Le Kleeschen apporte des cadeaux et des friandises aux enfants qui ont été sages.

© SIP / Zineb Ruppert
En amont du Kleeserchesdag (journée du Saint Nicolas), il visite les localités et les écoles et distribue déjà des Titercher, des petits sachets remplis de friandises.

© SIP / Zineb Ruppert
Il est accompagné par le Père fouettard, le Houseker qui remet des férules aux enfants qui n'ont pas été sages.

© SIP / Zineb Ruppert
Noël s'annonce avec des marchés de Noël qui apparaissent partout dans le pays dans les semaines précédentes.

© SIP / Jean-Christophe Verhaegen
Surtout celui de Luxembourg-Ville vaut le détour pour un vin chaud, des Gromperekichelcher ou des petits cadeaux.

© SIP
Noël au Luxembourg est avant tout une fête familiale avec un Chrëschtbeemchen (un sapin de Noël) décoré de bulles et de bougies.

© SIP / Jean-Christophe Verhaegen
Un Adventskalenner, un calendrier de l'Avent peut être trouvé dans la majorité des ménages au Luxembourg.

© SIP
4 dimanches avant Noël, on allume la première bougie sur le Adventskranz, la couronne de l'Avent. Le dimanche avant Noël, les quatre bougies allumées plongent la pièce dans une lumière douce et festive.

© SIP
Le 24 décembre, beaucoup de Luxembourgeois vont à la messe de minuit (Metten) ou à la messe de Noël le 25 décembre.

© Christophe Hubert / cathol.lu
La soirée du 24 et le jour du 25 décembre sont voués à la famille.

© Thinkstock / iStockphoto / Artfoliophoto
La soirée du 31 décembre, on se rassemble, en famille ou entre copains, pour fêter la nouvelle an ensemble. Traditionnellement, on prend un repas qui peut durer toute la soirée.

© Paul Frantzen / Commission de Promotion Vins et Crémants Luxembourg
A minuit, les feux d'artifice éclatent partout dans le pays pour célébrer l'arrivée de la Nouvel An, accompagnés du son de verres de crémant avec lequel on trinque.

© SIP / Charles Caratini
  • Mis à jour le 08-09-2017